jeudi 8 juin 2017

Un jour ... je me suis créée un job sur-mesure.

Bookends &Daisie's Photography



Il arrive un moment où le besoin de donner du sens à sa vie devient plus fort que tout le reste. Plus fort que les peurs, que les angoisses, que les doutes. Plus fort que les jugements et les médisances. Cela devient une question de survie. Et l'entrepreneuriat  apparaît comme une solution ou tout du moins un début de réponse....

La quête du sens, et sa question existentielle associée " pourquoi suis-je là ? quelle est ma mission de vie ? " est une problématique très forte chez moi depuis quelques années. Ce besoin de tout comprendre –  moi, les autres, le monde et l’univers – m'accompagne depuis toujours mais depuis quelques temps, cela prends des proportions assez phénoménales.

En parallèle, je suis devenue une salariée usée, malade et déçue du système classique. Désespérée de ne pas trouver de job qui me corresponde. De moins en moins certaine de trouver ma place dans le monde. Il faut dire que je pars avec un sacré bagage : hyper-sensible, zèbre, multipotentialiste ... autant de spécificités qui font tache dans le monde policé de l'entreprise.

Je n'avais plus le contrôle sur rien. J'étais malheureuse. Parfois, j'en arrivais à m'en vouloir d'être simplement moi, parce que si j'avais été un peu "moins moi", les choses auraient sans doute été plus faciles. Avec, pour accompagner le tout, une profonde déception, voir de la frustration et dans les mauvais jours, une colère et une rancœur énorme. On aura connu mieux pour profiter de la vie et de sa jeunesse.

Moi tout ce que je voulais, au fond, c'est de me sentir libre et utile aux autres. Je voulais créer une vie selon mes propres conditions. Je voulais être libre d'employer mes précieuses heures de vie comme je l’entendais et être libre de partager avec les autres ce que j’apprenais sans me demander si j'en suis vraiment légitime ou si j’ai le droit de le faire.

Je voulais que ma vie ait un sens.

Choisir d'entreprendre, c'est se retrouver dans l'action. Passer de subir à construire. De l'inertie au mouvement. Redevenir actrice de ma vie, au lieu d'en pâtir et de me convaincre que je n'ai pas le choix. Entreprendre, c'était le moyen que j'attendais pour donner du sens à mon existence, en me construisant un travail qui me correspond.

Parfois c'est compliqué.

Et difficile.

C'est compliqué, parce que cela veut dire qu'il faut s'émanciper. Accepter de ne pas, ou plus, suivre la voie “tracée”, “sûre” ou souhaitée par nos proches, nos amis, et tout un tas d'autres personnes qui ne pourront s'empêcher de donner leur avis ...C'est compliqué, parce qu'il faut sortir des schémas classiques que l'on nous enseigne depuis toujours. C'est compliqué, parce qu'il faut accepter de s’asseoir sur ses certitudes et faire le choix de la prise de risque. C'est compliqué, parce qu'il faut se faire confiance. C'est compliqué, parce qu'il faut savoir se vendre, se mettre en avant, savoir juger réellement de sa valeur.

Et moi, je n'ai pas confiance en moi, je souffre du syndrome de l'imposteur, je me dénigre et j'aime les plans d'action méticuleux et les plannings au cordeau.

Cela semblait mal barré, non ?

Ceci étant dit, j'ai aussi toutes les qualités requises pour être une bonne entrepreneuse. Je suis créative, endurante, disciplinée, déterminée, curieuse, polyvalente ...

Alors je me suis mise à chercher ce projet qui révolutionnerait ma vie.

Ayant de nombreuses passions, j'ai en vain chercher un métier qui combine dans une alchimie parfaite ma  passion pour les livres, les jardins anglais, la randonnée et les loisirs créatifs.Je force un peu le trait mais c'est tout à fait ça. Ensuite, l'alchimie étant définitivement trop délicate à trouver, j'ai changé de méthode pour finir par décortiquer chacune de mes passions et essayé de trouver un fil conducteur entre tous ces centres d’intérêt autour duquel je pourrais construire ce job de rêve. Nada, également. Rien ne sortait de tout ça. Je ne trouvais aucun dénominateur commun entre toutes mes passions. Ou du moins, pas suffisamment pour en sortir un projet professionnel viable.

Du coup, il a bien fallut se rendre à l'évidence. J'allais devoir arrêter de tirer sur tous les fils de la pelote et plutôt me concentrer sur ceux qui, tissés ensemble, pouvaient se traduire par un vrai métier. J'ai élaboré une petite méthode pour faire le tri. J'ai d'abord listé tout mes centre d'intérêts au sens large. Puis j'ai retiré ceux dont j'étais certaine de ne pas faire un métier. Ce n'est pas parce que j'aime marcher que je me voyais devenir guide en haute montagne ...Ensuite, j'ai creusé ce qui restait. Pourquoi j'aime faire telle ou telle chose, qu'est-ce que j'en retire, qu’est-ce que cela m’apporte au quotidien ?  Qu’est-ce que je mets en oeuvre comme compétences quand je fais ça ? Quel sens est-ce que ça a pour moi ? Quelles sont les valeurs qui sont mise en avant ... ? [...]

Et un jour, tout est devenu limpide.

Un matin, j'ai eu ce flash qui te dit exactement ce que tu dois faire et pourquoi tout s’emboîte parfaitement. C'est cliché mais c'est vrai.

J'allais aider les professionnels du bien-être, de la santé et de l'accompagnement à développer leur stratégie de communication éditoriale.

Mon job sur mesure était né et depuis, malgré les galères, les retards et les efforts que cela me demande, je n'ai pas encore regretté un seul instant d'avoir fait ce choix. Je suis toujours enthousiasme en me levant le matin et pour moi c'est la chose la plus importante qui soit.

Et vous ? Avez-vous déjà songé à vous créer un job sur- mesure ? Pour quelles raisons ? Avez-vous réussi ( racontez moi votre parcours, je suis curieuse !) ou abandonné ( pourquoi ?) ? Quel méthode avez-vous mise en place pour construire ce projet professionnel ? Comment vivez-vous ce choix au quotidien ? Dîtes moi tout !












18 commentaires:

  1. Quel beau chemin ! Je suis admirative.

    Tu peux être fière !

    J'avoue y avoir déjà songer, mais je ne suis pas passée à l'acte. Faut dire que la vie a mis sur ma route un métier qui me plait, auquel je n'aurais normalement jamais pu accéder. J'y reste au moins pour trois ans, et sans doute beaucoup plus !

    Mais j'aimerais bien créer ma propre entreprise plus tard. Bâtir quelque chose, innover, avoir toute cette réflexion que tu décris et se lancer ! J'adorerais.

    En tout cas : félicitations ! Sincèrement !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'ai lu ça même si je n'ai pas commenté, tu peux aussi être fière de ce que tu fais au quotidien ! :) Et puis, si c'est le destin qui a mis ce job sur ton chemin, ce n'est certainement pas sans raison alors profite ! Tu auras tout le temps de créer ton entreprise quand tu auras vécu cette aventure à fond ! Merci en tout cas pour tous les gentils mots que tu laisses sur mon blog ♥

      Supprimer
  2. Bravo pour ton parcours et ton témoignage.
    Je me suis beaucoup retrouvée dans ton article...
    Je suis sans emploi depuis août dernier et en quête d'une reconversion à mon image.
    Pour l'instant, je tâtonne encore. La voie de l'entrepreunariat semble la plus adaptée en effet quand on se sent en décalage avec le monde de l'entreprise tel qu'il est, mais je continue à être assez effrayée par le manque de sécurité financière et la charge de travail que cela représente assez incompatible avec ma vie de famille : mon mari est à son compte et il a des amplitudes horaires de folie, c'est donc moi qui suis en charge des contraintes liées aux enfants.
    Mais je te comprends tellement et je t'envie d'avoir créé ton job idéal.
    Encore bravo et merci de me permettre de croire que c'est possible.
    Biz, Virginie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ça, oui ... Moi j'ai de le chance que mon homme me suive dans l'histoire car, en effet, niveau financier, ce n'est pas facile du tout ! Et il manque clairement de l'accompagnement quand on entreprend ( surtout en micro-entreprenariat), j'ai l'impression de nager en eaux troubles le 3/4 du temps ... Mais en même temps, c'est tellement riche comme expérience. Surtout d'un point de vue du développement personnel et des rencontres ... Je suis sûre que tu trouveras une solution pour réaliser ton rêve ( que ce soit dans l'entreprenariat ou tout simplement dans un boulot salarié qui te plait ! ) car comme on dit, quand il y a un problème, il n'y a des solutions et s'il n'y a pas de solutions, c'est qu'il n'y a pas de problème ...

      Supprimer
  3. Tu aurais dû voir la tête de mon entourage quand j'ai dis que j'allais organiser des formations pour les salariés en utilisant les jeux de société comme liant ... Je pense qu'ils ont dû se dire que j'étais devenue complètement cinglée. Depuis, les actions d'entreprise un peu fun sont de rigueur mais quand j'ai lancé mon business, on n'était pas encore à faire des sorties accrobranches pour nouer les liens ...Du coup, je crois vraiment qu'ils ont hésité à appeler l'hôpital psy ...En tout cas, c'est un chouette billet. Et tu as raison quand tu dis que le métier parfait apparaît comme ça, dans une illumination, quand on s'y attend le moins ... Pour moi, c'était dans un magasin de jouets quand je cherchais un cadeau pour un neveu ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha, j'ai ri en lisant ton comm'. Toi, c'était l'asile et moi, comme ils ne comprennent rien au web et aux métiers du web, ça ne les intéresse pas et du coup, y a pas beaucoup d'échanges sur le sujet non plus ...

      Supprimer
  4. Je te comprends quand tu dis qu'une passion ne peut pas toujours devenir un métier ... Je fais énormément de vélo, du cyclo-tourisme, je lis des magasines sur le sujet et je passe ma vie chez décathlon dans le rayon dédié mais je ne pourrais pas travailler dans l'univers du cycle ... En tout cas c'est sympa de voir qu'à force de persévérance, on fini tous par trouver ce qui nous convient. Même s'il faut passer parfois par des moments difficiles pour trouver sa place !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah, je pense que c'est l'épreuve qui induit le changement. Si tu ne souffres pas d'une situation, tu ne vas rien faire pour qu'elle change, je pense ... du coup, même si j'en ai vraiment bavé, je suis contente de voir sur quoi ça à débouché ...

      Supprimer
  5. J'ai travaillé pendant 6 ans dans un job que je détesté et oui par chance la boite a fermée.. Je me suis posé la question : qu'est-ce que je vais faire de ma vie : j'ai commencé à écrire un livre. Il me reste encore un gros travail de correction, mais je suis très contente de moi. Même si je n'arrive pas à le publier ou gagner de l'argent avec cela... je n'ai jamais rien fait qui me remplisse autant d'énergie et de fierté d'avoir fait quelque chose aussi passionnant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu pourrais peut-être l'auto-publier ? C'est très à la mode en ce moment et certains font un carton (j'en ai déjà lu quelques uns et c'était vraiment bon !) ;) En tout cas félicitation, c'est un rêve que je nourris aussi mais on ne peut pas courir plusieurs lièvres à la fois haha x)

      Supprimer
  6. Chouette témoignage en effet! Je suis contente que toutes tes réflexions et ta détermination aient portés leurs fruits!
    (quand j'ai lu que tu te posais beaucoup de questions sur le sens de la vie, je me suis dit "tiens c'est un trait caractéristique de multipotentielle et/ou zèbre", et qu'est ce que je lis justement plus bas dans l'article :p)
    Félicitations à toi et je te souhaite que ça continue toujours aussi bien!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui ... le multipotentialisme, on pourrait penser que ça te simplifie l'existence mais en fait ... ça la complique un peu haha. Tout comme le fait d'avoir un cerveau qui a ses propres codes x) Merci en tout cas Illyria ...

      Supprimer
  7. Quatre ans comme entrepreneure et je n'ai jamais regretté mon choix! En fait, c'est le plus grand et beau choix que j'ai de ma vie!
    Au début, j'avais changé d'acitivté 3 fois jusqu'à devenir graphiste depuis un an et depuis je m'épanouis pleinement dans mon entreprise où je crée des identités visuelles et des sites web pour des entrepreneures.

    Et j'adore! Aucune journée n'est la même et j'aime le fait d'être libre de mon emploi du temps et de mes actions!
    Ya pas à dire, vive l'entrepreneuriat!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je sais Aline, je te suis sur le groupe Facebook des entrepreneuses créatives et je suis abonnée à ta newsletter ! Et cela m'aide beaucoup <3

      Supprimer
  8. Tout ce que je peux te souhaiter dans cette nouvelle étape de ta vie c'est de continuer à apprendre chaque jour, inspire-toi des autres et fais en sorte d’être toi-même une source d’inspiration. Reste souple, ouverte et positive. Garde l’esprit léger. Et surtout sois ta meilleure allié.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup <3
      C'est gentil tout plein !

      Supprimer
  9. Coucou,
    Moi c'est Nona, j'ai 30 ans cette année et je rejoins aussi les rangs des entrepreneurs ! Après dix ans de bons et loyaux services en restauration collective, j'ai pour ambition d'ouvrir une petite conserverie solidaire qui proposera des pesto, chutney, relish, confitures et autres bocaux réalisés à partir des invendus de grandes surfaces et des fruits et légumes moches qui finiront autrement dit à la poubelle ... Tu as raisons quand tu dis que c'est parfois difficile mais tellement riche. Pour moi entreprendre c'est synonyme de beaucoup de choses : synonyme de curiosité, d’émerveillement, de découvertes inattendues, d’audace, de rencontres inspirantes, d’opportunités qui tombent à pic, d’expériences inoubliables et de beaucoup d’amour et d’optimisme. :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as un super projet, c'est génial ! Je te souhaites beaucoup de réussite :)
      Et tu as entièrement raison en ce qui concerne les synonymes d'entreprenariat !

      Supprimer