lundi 16 janvier 2017

Un jour ... j'ai décidé de changer ma vision du travail.


Magdalena @wroblove.
Grace upon Grace Photography


Depuis que j'ai quitté le milieu de l'animation et, plus largement, celui de la petite enfance, une question n'a jamais cessée de me torturer.

La fameuse question du " pour quoi suis-je faite ? " ( je n'oublie pas ses dérivés " Quel métier me correspond ?", "Dans quelle carrière de fou fou je vais m'épanouir ? " et surtout " B*rdel de m*rde, où serais-je à ma place dans le monde professionnel ?").

Je travail depuis longtemps sur cette question. J'ai fais des bilans, des moocs spécifiques au domaine professionnel, des tests de personnalités, j'ai rencontré des tas de gens via des enquêtes métiers, je suis allé à des réunions, des forums, des ateliers, j'ai lu des pages et des pages de documentation ... et je n'ai abouti à rien de concret. En tout cas pas sur la question de l'orientation professionnelle. Et c'est pas faute d'avoir essayé. Par contre, j'en ai appris des tonnes sur moi même, sur mes aspirations, mes valeurs, tout ça, tout ça ... et ça, c'est quand même top.

Devant cet échec assourdissant, je me suis fatalement demandé si le problème venait de moi ou de l'idée que je me faisais du travail en général, tout en continuant de me coller une pression de dingue pour trouver MA vocation. Celle avec un grand V. Ce métier parfait qui correspond en tout points à tous les aspects de ma vie, qui met en avant mes qualités, annule mes défauts, qui vend du rêve et qui en plus de ça me rend heureuse tout en me faisant me sentir utile dans cette société de barjots. Ce job dont je parle un peu ici.

J'ai repensé à ce que je vous disais dans ce billet. Q'avant les choses étaient plus simples parce que je savais ce que je voulais dans la vie, dans quel ordre, et comment je comptais y arriver. Puis je me suis rendue compte que je ne suis plus celle que j'étais quand j'avais quinze ans. J'ai changé. Je n'ai plus les mêmes centres d'intérêts, mes valeurs ce sont affinées, j'ai choisis mes combats, j'ai rencontré des galères mais j'ai aussi fais la lumière sur certaines de mes parts d'ombre, j'ai appris de nouvelles choses, je me suis ouvert l'esprit (notamment grâce au bouddhisme)  ... et, en toute logique, ce que voulait la Di de quinze ans ne peut plus correspondre aux souhaits de la Di de bientôt trente ans.

Et, malheureusement (ou heureusement ?) , cela concerne aussi le domaine professionnel. Alors si j'ai réussi à changer mon point de vue sur certains domaines de ma vie (et certains aussi capitaux que la médication !), pourquoi continuais-je de me mettre martèle en tête avec cette foutue question ?

C'est quand j'ai découvert l'existence des " multipotentiels " et la vidéo d'Emilie Wapnick que j'ai commencé à changer de point de vue sur la question. Alors, c'est vrai, ce n'est pas être anormal que d'aimer beaucoup de choses en même temps, d'avoir des hobbies variés et changeants, des envies ou des projets qui changent ou évoluent aussi vite que d'autres font atchoum ? Tu es sûre, ce n'est pas une tare d'être incapables de choisir une voie pro parce que plusieurs m'intéressent et me motivent de manière égale ? Ô joie ! Mais tout devient limpide d'un seul coup ...  Comment pourrais-je me cantonner dans un seul univers alors que je fais partie de ces gens qui ont des dizaines  de centre d’intérêts dans divers domaines ?

On aurait pû s'arrêter là. Di qui découvre qu'elle ne rentrera jamais dans le moule et qui, forte de cette idée, continue plus sereinement son petit bonhomme de chemin. Mais tout aurait été bien trop simple ainsi. Parce que la question qui à suivi cette révélation fut "mais si je n'ai aucune vocation, comment je vais faire pour être heureuse dans mon job ? ".

Je ne vous dis pas le malaise qui à suivi. Il me donne encore des insomnies, la nuit. Avec cette peur horrible que j'ai de ne jamais trouver ma place. Puis, à force d'y penser, de lire, d'écouter, d'observer, je me suis demandé si la bonne question à se poser ne serait pas " Qu'est ce que j'ai vraiment envie d'apprendre maintenant ? Quel sujet j'ai envie d'aller explorer ? A quelle entreprise ai-je envie de participer ?". Parce que finalement, le truc qui me défini le plus dans tout ça, c'est ma soif de savoirs.

Peut-être que je ne trouverais jamais ma Vocation. Non pas parce que je ne sais pas ce qui me plait, mais tout simplement parce qu'il y a trop de choses à découvrir pour que je me contente d'une carrière linéaire. J'aurais eu plusieurs vie en une seule, et puis ? Peut-être que je suis destinée à avoir plusieurs carrières ? Voir même à mener plusieurs activités en parallèle ?

C'est sur cette question que je travaille actuellement, en essayant de ne pas me mettre de pression, et en gardant à l'esprit que ce qui s'applique à la majeur partie des gens ne s'appliquera jamais à moi. ce qui signifie qu'il est donc totalement inutile et contre productif que je cherche à suivre des schémas qui ne me rendront jamais heureuse.

Parce que, comme le dit Laure, "Tu peux décider d’aimer l’endroit où tu te trouves, tout en agissant pour améliorer ta situation. tu peux reconnaître que tu te sens mal, et demander de l’aide pour te retrouver.tu peux être victime d’une injustice, et en faire le point de départ d’une histoire.tu peux agir, sans attendre de retours sur investissement.tu peux changer ton environnement pour mieux te retrouver.tu peux décider de faire ce que tu aimes et t’appliquer à aimer ce que tu fais.Tu peux changer le monde, en changeant une seule personne : toi."

Et vous ? Que faîtes-vous dans la vie ? Comment avez-vous trouvé votre voix professionnelle ? Cela à t'il était facile ou, au contraire, terriblement compliqué ? Avez vous eu une ou plusieurs vies pro ? Comment êtes vous passez de l'une à l'autre ? Qu'est-ce qui vous à motivé à changer de métier ? Si vous êtes de ceux qui ne savent pas ce qu'ils veulent faire, comment le vivez vous ? Que mettez vous en oeuvre pour vous en sortir ? Dîtes moi tout !



















17 commentaires:

  1. Je comprends que ce soit terrifiant quand la vie n'a pas de but ou de direction particulière ... Personnellement, pour mon job, j'ai juste essayer de faire coïncider un rêve de gamine avec mes aptitudes scolaires, mes ambitions matérielles ...je ne me suis pas levée un jour en déclarant : "je veux être conseillère technique d'élevage" mais ça n'a pas non plus été compliqué de faire un choix ..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et bien ce n'est déjà pas si mal en soit ! Etre bien dans son boulot et content de ce que l'on accomplit c'est important !

      Supprimer
  2. Je comprends ton ressenti, quelque part je n'avais jamais envisagé ça sous cet angle, mais je crois que j'aime beaucoup de choses également.
    J'ai fait une reconversion en pâtisserie après une licence en ressources humaines, mais maintenant, ày voir ce milieu et les relations humaines désastreuses qu'on y trouve, j'ai encore envie de switcher.
    Je me suis prise de passion pour la photo en cours de route, mais je suis assez réaliste sur le fait que vivre de la photo relève du miracle ;)
    Je pense qu'il faut entrevoir la vie comme elle est : une suite d'opportunités!
    Bisous et bon courage pour trouver ton chemin, personne n'a dit qu'il devait aller tout droit ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Switcher, j'adore ce mot ! ♥
      Moi aussi je switch pas mal en ce moment !Mais le truc, c'est que j'ai envie de TOUT essayer, c'est presque une maladie x)
      En tout cas, toi, tu as bien fais de te mettre à la pâtisserie, vu les merveilles que tu nous présentes sur le blog ! Et tes photos sont canons mais ça tu le sais déjà haha ! Je ne sais pas si tu sais que Ferrandi propose des stages de photo culinaire ? :P

      Supprimer
  3. Je comprends ton ressenti, car j'ai eu le même, à part pour le fait que j'ai une Vocation, qui hélas est assez dure à mener, puisqu'il s'agit d'un domaine où il y a beaucoup de personne et peu d'élus... Depuis que je suis enfant, je ne rêve en effet en écrivain, ce qui m'a aussi beaucoup frustrée plus jeune, et ce jusqu'à l'année dernière, puisque je savais que ce n'était qu'un rêve difficilement réalisable, et qu'il fallait absolument que je me trouve un job qui me fasse envie et qui me fasse vivre. Comme beaucoup de jeune, j'ai pas mal changer d'avis, d'orientation. J'ai fais des études en continuant à me chercher, tout en sachant ce que je voulais faire mais pas exercer comme métier. Puis, j'ai fais une formation l'année dernière, et ça a pas marché. Je pensais avoir trouvé un métier fait pour moi, et je suis tombée de haut car ça ne correspondait pas, ou plus, à mes attentes. J'ai pris alors la décision qu'après tout, il fallait que j'arrête de trouver un job qui me fasse envie, car je ne correspondait pas au moule, qu'il fallait plutôt que je me concentre sur mes rêves. Cette année, j'ai pris le taureau par les cornes, et j'ai publié mon premier roman en autoédition. Ca me donne l'impression de me rapprocher de mes rêves. En parallèle, j'ai trouvé un job à temps partiel dans ce que je savais faire, soit la garde d'enfant. Cela me permet d'avoir un revenu, mais aussi du temps pour moi, pour mon blog et pour écrire. Je ne sais pas combien de temps ça durera, mais pour le moment ça me convint :)
    Bon courage en tout cas à toi pour tes recherches :) L'important c'est de faire ce qu'on a envie, de ne pas se mettre la pression :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est génial ça ! Félicitation pour ton livre ! :) Et bravo aussi d'avoir trouvé un équilibre entre ta passion et la dure réalité financière de ce monde ! J'espère que tu trouveras le job qui conciliera toutes tes attentes !

      Supprimer
  4. J'ai eu plusieurs vies professionnelles, et j'en aurai encore d'autres car il est très difficile pour moi de me poser et de savoir ce que je veux parmi les multiples options qui m'attirent.
    Je ne te cache pas que c'est compliqué à vivre et à justifier, surtout passé la trentaine, mais je suis "comme ça" et je ne vais pas me refaire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton blog est super chouette, je sens que je vais le dévorer dès que j'aurais fini de faire mon ménage haha :) Si ce n'est pas indiscret, tu peux me parler un peu plus de ton parcours ? *-*

      Supprimer
    2. Merci Di, c'est très gentil :)
      Pour mon parcours, en gros j'ai fait de la vente, de la couture, de la rédaction web (en autoentreprise)... En ce moment, je réfléchis à la suite, j'ai plein d'envies ! Tu pourras d'ailleurs les découvrir sur mon blog ;)

      Supprimer
  5. Par le biaias de la même vidéo, j'ai aussi découvert que j'étais multipotentielle et j'en était fière (oui ça expliquait pourquoi dès que je me lassais je passais à autre chose...) J'ai heureusement un travail qui me permet ça et de ne jamais être lassée.
    Je suis aide soignante à domicile et les horaire, les taches et les patients sont tellement variés que je ne m'ennuie jamais. La preuve mon 1er job j'y suis rester un an et demi (avant de crever sur place, parce que AS en maison de repos) et le second 6 mois (mais on m'a jeter parce que je ne cadrais pas avec le décort) celui-ci, 4 ans et demi et j'y suis toujours :)

    Mais je t'avoue que cette idée de trouver un travail m'a souvent donné des sueurs froides...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, c'est génial Cari, que tu ai trouvé ta voix ! En plus des soignants, on en a bien besoin ! Tu as choisis ça par hasard, du coup ?

      Supprimer
  6. Je suis comme toi, je n'ai jamais su ce que je voulais faire dans la vie. Du coup, j'ai fait des études de lettres par passion pour la littérature. Après dix ans de job, j'ai repris des études de psychologie. Je vais les finir, mais je ne suis pas sûre de vouloir vraiment travailler comme psychologue... Je m'intéresse de plus en plus aux questions liées à la société digitale et je vois des opportunités dans ce domaine.... Bref, je te comprends très bien! Et pour le gag: depuis dix ans, je bosse dans... l'orientation professionnelle:-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, j'avoue que j'y ai aussi pensé à l'orientation pro, vu que j'en connais un rayon à force, mais je crois que je n'ai pas les épaules pour gérer le côté social du poste ... La psychologie, c'est un domaine que j'adore, d'ailleurs, je m'étais renseigné après mon bac mais pareil, trop de problèmes perso, pour pouvoir aider convenablement .. et la littérature .. que dire à part ♥ ?

      Supprimer
  7. J’aime beaucoup cet article! J’ai aussi toujours eu l’impression d’être dans ce jeu pour bébé, la boîte en bois avec trois formes et où l'on doit trouver quelle forme passe dans quel trou ... J'ai souvent eu la sensation d’être un triangle que l’on veut faire passer dans un rond (ou vice versa). Et je dirais ... Au diable les cases prédéfinies ! A la base, je suis formatrice. Il y a des milliers de formateurs, et personne ne fait ce job comme moi. En utilisant des jeux de société. On peut tous apporter notre touche personnelle dans notre travail ! Il suffit de trouver comment imbriquer toutes les pièces !

    RépondreSupprimer
  8. Ahah, ce fameux jeu ! C'est vrai, j'ai aussi cette impression parfois ...

    RépondreSupprimer
  9. Je pense que chacun d’entre nous vient sur terre pour une raison précise et a un rôle à jouer mais 1/ ce rôle n’est pas forcément professionnel et 2/ chacun est libre de choisir d’aller vers sa vocation, ou pas. Personnellement, j'adore mon nouveau travail mais je n'ai jamais été autant épanouis que depuis que je suis maman ( oui, je suis un cliché ambulant). Tout le monde ne recherche pas à vivre selon sa vocation et c’est ok. De même que tout le monde n’a pas besoin d’exercer un job qui fait vibrer et c’est ok aussi. Tout le monde ne fait pas non plus le même job toute sa vie, c'est oK. Tout peut être acceptable du moment que toi tu te sentes bien !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou toi ♥
      Cela me fait plaisir de te lire !
      Merci pour ce gentil mot, je suis ravie que tu sois heureuse dans ta nouvelle vie :)
      Malheureusement pour la société , tout n'est pas acceptable non ... individuellement, peut-être, mais pas collectivement.

      Supprimer