mardi 13 décembre 2016

Un jour ... la Terre ne sera plus qu'un tapis de poussière.



birdasaurus:
“Jessica Jungbauer
”
Bookends and Daisies Photography 



Hier soir, j'ai enfin eu le temps de me poser tranquillement dans mon canapé pour regarder " Demain", le fameux documentaire de Mélanie Laurent et Cyril Dion. Il vaut mieux tard que jamais. Bien m'en a pris car je l'ai beaucoup aimé et je n'ai absolument pas vu les deux heures qu'il dure s'écouler. Il aurait pû durer deux heures de plus que cela ne m'aurait pas gênée tant les chapitres abordés étaient intéressants ... D'ailleurs, s'il montre que des solutions se mettent en place partout dans le monde pour sortir du désastre écologique qui s'annonce, il ne cache pas non plus l'urgence de la situation, ni sa gravité et encore moins l'horripilante passivité des autorités à ce sujet.

Je crois que c'est bien ça le problème au final. Alors que les impacts dévastateurs de nos modes de vie sur la planète font de plus en plus souvent l'objet de débats enflammés, nos belles intentions ont été balayées par la crise, les difficultés quotidiennes, le manque d'engagement, les politiques qui ont brûlé le torchon ...

Trop d'efforts individuels pour peu de résultats collectifs.

Pourquoi ferrais-je des efforts alors que le voisin arrose ses plantes même quand il pleut, que le président voyage en jet privé, et que les grandes entreprises polluent les rivières ? L'efficacité ne réside t'elle pas dans le concret ? Les règles ne sont elles pas les mêmes pour tout le monde ? C'est de notre monde qu'il s'agit ! Je pense qu'on a depuis longtemps dépassé le stade où l'écologie pouvait passer pour une valeur morale, où il suffisait d'avoir un comportement cohérent avec ses idées et de pousser un coup de gueule de temps en temps.

Nous avons chanté, dansé. Quand je dis «nous », entendons un quart de l'humanité tandis que le reste était à la peine. Nous avons chanté, dansé. Maintenant, le disque est rayé. Il a des ratés.

Nous avons construit la vie meilleure, nous avons jeté nos pesticides à l'eau, nos fumées dans l'air, nous avons conduit trois voitures, nous avons vidé les mines, nous avons mangé des fraises du bout du monde, nous avons voyagé en tous sens, nous avons éclairé les nuits, nous avons chaussé des tennis qui clignotent quand on marche, nous avons grossi, nous avons mouillé le désert, acidifié la pluie, créé des clones, franchement on peut dire qu'on s'est bien amusés...

On a réussi des trucs carrément épatants, très difficiles, comme faire fondre la banquise, glisser des bestioles génétiquement modifiées sous la terre, déplacer le Gulf Stream, détruire un tiers des espèces vivantes, faire péter l'atome, enfoncer des déchets radioactifs dans le sol, ni vu ni connu.

Franchement on s'est marrés. Franchement on a bien profité.

Et on aimerait bien continuer, tant il va de soi qu'il est plus rigolo de sauter dans un avion avec des tennis lumineuses que de biner des pommes de terre. Certes.

Mais nous y sommes.

A cette Troisième révolution. Qui a ceci de très différent des deux premières (la Révolution néolithique et la Révolution industrielle, pour mémoire) qu'on ne l'a pas choisie.

« On est obligés de la faire, la Troisième Révolution? » demanderont quelques esprits réticents et chagrins. Oui. On n'a pas le choix, elle a déjà commencé, elle ne nous a pas demandé notre avis.

C'est la mère Nature qui l'a décidé, après nous avoir aimablement laissé jouer avec elle depuis des décennies.

La mère Nature, épuisée, souillée, exsangue, nous ferme les robinets. De pétrole, de gaz, d'uranium,d'air, d'eau.Son ultimatum est clair et sans pitié : Sauvez-moi, ou crevez avec moi (à l'exception des fourmis et des araignées qui nous survivront, car très résistantes, et d'ailleurs peu portées sur la danse). Et je n'exagère pas. C'est officiel,  Nous sommes bel et bien entré dans une nouvelle ère d'extinction de masse, la sixième depuis que le monde est monde ...

Sauvez-moi, ou crevez avec moi.

Evidemment, dit comme ça, on comprend qu'on n'a pas le choix, on s'exécute illico et, même, si on a le temps, on s'excuse, affolés et honteux. D'aucuns, un brin rêveurs,tentent d'obtenir un délai, de s'amuser encore avec la croissance. Peine perdue. Il nous reste vingt ans. Le temps d'un battement de cil.

Il y a du boulot, plus que l'humanité n'en eut jamais.

Nettoyer le ciel, laver l'eau, décrasser la terre, abandonner sa voiture, figer le nucléaire, ramasser les ours blancs, éteindre en partant, veiller à la paix, dépoussiérer son vélo,  contenir l'avidité, trouver des fraises à côté de chez soi, ne pas sortir la nuit pour les cueillir toutes, en laisser au voisin, ressusciter les abeilles, relancer la marine à voile, laisser le charbon là où il est, fabriquer des bougies, récupérer le crottin, pisser dans les champs (pour le phosphore, on n'en a plus, on a tout pris dans les mines, on s'est quand même bien marrés, faut pas l'oublier).

S'efforcer. Réfléchir, même.

Je me sens colosse au pied d'argile.Il y a de quoi être fatigué. Il y a de quoi vouloir laissé tomber. Il y a de quoi vouloir trouver des échappatoires comme le déni ou la déresponsabilisation mais ... il n'y a plus d'échappatoire possible, alors allons-y. A ce prix, nous réussirons la Troisième révolution. A ce prix, la qualité de vie redeviendra acceptable et l'état de la planète pour les générations futures le sera aussi.

A ce prix nous danserons, autrement sans doute, mais nous danserons encore.

Et vous ? Avez vous vu "Demain" ? Qu'en avez-vous pensé ? Quelles décisions avez vous pris pour la planète ? Comment se manifeste votre engagement écologique au quotidien ? Pensez vous que l'écologie est un problème individuel, politique, les deux ? Les problématiques environnementales vous inquiètent- elles ? Vous indiffèrent- elles ? Dîtes moi tout !






14 commentaires:

  1. Je n'ai pas vu le documentaire mais je suis exactement dans le même état d'esprit et dans la même démarche que toi, nous devons tous prendre du recul , faire attention et vivre autrement et même si la voisine s'en fout, faut le faire quand même, ce n'est qu'en imitant le colibri qu'on y arrivera :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te le conseil vraiment, il est super !
      Oui, c'est vrai qu'on ne doit pas se laissé décourager par les autres ...

      Supprimer
  2. De mon côté, j'ai du mal à comprendre aussi qu'on ne s'inquiète pas plus de la situation et que les gouvernements (et les citoyens) ne s'investissent pas plus sur la question. C'est sûr que remettre son mode de vie en question n'est pas évident mais il y a pourtant une foule de petits gestes simples que nous pouvons faire au quotidien et qui font déjà pencher la balance, mine de rien ... L’avenir de nos enfants et petits-enfants devrait pourtant nous pousser à agir pour notre environnement...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que dès qu'il s'agit de passer à des mesures concrètes, c'est la déception... Il semblerait qu'en vingt ans ,seuls 4 des 90 objectifs environnementaux jugés essentiels ont fait l'objet de progrès, 24 autres n'ont aucunement avancé, voire ont reculé, dont les plus importants: le changement climatique, la pollution des mers, la biodiversité. C'est affligeant ....

      Supprimer
    2. Pour la religion hindoue, la création de l'univers, du monde est l'oeuvre de l'Etre Suprême Brahman. Cette création comprend toute forme de vie et par là-même, la nature. Ainsi, on se doit de la chérir et de la respecter.

      Supprimer
  3. Comme je te comprends ...
    Cela fait quelques temps qu'on essaie de s'améliorer, nous aussi. Je pioche régulièrement des idées sur Consoblog, qui propose une liste de 180 ecogestes à faire au quotidien ... On a déjà changer un certains nombre de nos habitudes et c'est vrai qu'il y a des choses vraiment facile à faire ( comme installer des mousseurs sur les robinets ou d'acheter une poubelle avec trois bacs ..) mais d'autres .... comme acheter uniquement français, par exemple, c'est impossible pour notre budget ... ou de n'avoir qu'une voiture, pas compatible non plus avec nos trajets, nos horaires ... mais ceux qui ne font rien de rien sous prétexte que " ça ne change rien", je pourrais les secouer comme des pruniers ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, très bonne idée Consoblog. Je ne savais pas qu'ils proposaient cet onglet. Certaines solutions sont vraiment innovante. J'ai adoré l'idée d'investir dans un troupeau de vaches mdr. Je suis d'accord, parfois, on ne peut pas tout faire mais je me dis que si chacun choisis au moins 60 gestes de cette liste, c'est déjà bien !

      Supprimer
  4. Je n'ai pas vu le film et je vais sûrement me faire lyncher pour ce que je vais dire mais ... je ne suis pas très écolo, perso. Je ne suis pas climato-sceptique, ça me fait aussi mal au cœur, les ours polaires qui meurent de faim et les bébés singes orphelins à cause de la déforestation ... mais pour moi, l'écologie, c'est surtout perdre en confort de vie. J'aime les longues douches chaudes, avoir un appartement bien chauffée (et pour moi c'est pas 19 degrés ...), mon téléphone n'est pas éteint la nuit et mon ordinateur est plus souvent en veille qu'autre chose, je mange de la viande, du poisson, peut-être trop et franchement, je suis une grande consumériste .... Je ne vois pas pourquoi je me priverais maintenant de tout ce que j'aime alors que cela ne changera probablement rien à la fin et qu'on devra y renoncer bien assez tôt si la situation venait à s'aggraver encore ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends ton point de vue aussi, Tess. Mais il faut être conscient que chaque acte a un impact environnemental. Après tu peux choisir d'agir sur des choses qui ne coûtent pas personnellement mais qui, pour la planète, sont bénéfiques. Comme manger des fruits de saisons et/ou locaux. Acheter des produits d'entretien avec le green label, ne plus manger Junk food ( si de toute façon, t'en raffole pas ..). Y a toujours moyen de s'améliorer ! :)

      Supprimer
    2. Oui, je suis d'accord, il y a toujours des gestes que l'on peut mettre en place et qui ne nous coûtent pas trop. Après, il faut dire que les politiques en la matière aident aussi. En Allemagne, c'est plus facile d'être écolo qu'en France ... Ici, on essaye de manger moins de viande, je lutte contre le sur-emballage, on loue (ou on se prête avec les voisins) plus souvent qu'on achète (en plus, avec un appartement, tu peux pas vraiment stocker tout et n'importe quoi ..), les garçons ont fait un petit jardin sur le balcon (et ils étaient très fiers de leurs première carottes), on économise l'eau, on tri aussi ...et on essaye de laisser la voiture au garage dès que possible. Il y a tellement de possibilités ...

      Supprimer
    3. Oh, génial ! Félicitations à Oscar et Léon. Oui, on n'est pas obligé de tout faire, de tout changer, on peut choisir ses combats ....

      Supprimer
    4. Vous avez sûrement raison, mais j'ai l'impression que l'écologie, c'est un peu l'engrenage. Soit tu fais tout, soit tu fais rien et si tu es entre les deux, les autres te tombent dessus. Du genre " quoi, tu utilises des produits d'entretien écolo mais tu prends des bains ? ouuuuuh la nulle " ou " quoi, tu achètes local mais tu manges encore de la viande ? ouuuuuh pas bien " ... quoi que tu fasses, c'est jamais suffisant.

      Supprimer
  5. Je pense que les actions individuelles sont très importantes mais qu'elles n'ont que peu d'impact si elles ne sont pas reprises collectivement au bout d'un certain délai ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai lu ce matin une phrase qui m'a remonté le moral. Elle disait "Le plus grand malheur pour ce monde, c'est la croyance que ce sont les autres qui doivent le sauver." Alors je me dis que je fais de mon mieux et au moins j'arrive à me regarder dans la glace le matin ...

      Supprimer