mardi 8 novembre 2016

Un jour ... j'ai défendu la mise en place d'un revenu universel.




Personal organizer and pink flowers on desk
Pexels Photography



Le revenu de base, ou encore le revenu universel, fait pas mal de bruit ces derniers temps (ce qui me fait rire, quand on sait que cette idée à au moins trois siècles.)( J'aime quand les politiques ont l'impression de faire une découverte capitale pour l'avenir de notre pays, ils sont tellement enthousiastes. Ok. J'arrête d'être cynique.)

Autant vous le dire tout de suite, j'ai longtemps fais parti de ceux qui critiquent ce dispositif (comme quoi, y a que les cons qui ne changent pas d'avis) et qui ont une vision tronquée de ce que le revenu universel pourrait apporter à notre société. Il faut dire que j'avais les mêmes aprioris, les mêmes craintes que la majeur partie des gens.

Seulement, j'ai pris le temps de me renseigner, d'étudier ce qui a été déjà expérimenter dans d'autres pays, de confronter les points de vue ... et d'en conclure qu'à défaut d'enfoncer encore un peu plus la France dans son marasme, le revenu de base pourrait bien lui donner le petit coup de pouce dont elle à besoin.

Alors, pour commencer, de quoi est-ce qu'on parle ?

Le revenu universel serait une somme d'argent versée à tous les individus de la communauté, quelque soit les revenus ou leur situation professionnelle. Il remplacerait les nombreuses allocations que nous connaissons actuellement. Il serait attribué sans conditions préalables ni contrepartie. Il serait versé à chaque membre d'un foyer, sans prendre en considération les revenus des autres membres le constituant. Il serait permanent ( on pourrait par exemple le toucher depuis l'âge de 16 ans jusqu'à la fin de sa vie). Il serait cumulable avec d'autres revenus.

Voilà pour l'idée de base. Comme j'ai fais partie de ceux qui la voyait comme une douce utopie, je vais commencer par vous faire part des nombreuses critiques qui sont passées dans mon cerveau à son sujet, avant de vous dire pourquoi je pense finalement qu'il faudrait l'instaurer.

"Si on fait ça, plus personne ne voudra travailler". J'avoue que c'est la première objection que j'ai eu.

C'est peut-être vrai. Mais je ne le pense pas. Tout simplement parce qu'une étude, menée au Canada, a démontré que seulement 1% des hommes ont totalement cessé de travailler (contre 3% de femmes). Ce qui est finalement très peu.

Pour être actuellement en recherche d'emploi, de ma voie professionnelle, pleine de projets pas forcément conciliable avec une activité " salariée", je pense que le revenu de base permettra aux travailleurs d’être plus exigeants sur le travail qu’ils exercent. Il s’agirait de donner des marges de manœuvre pour mieux choisir son travail, un travail qui correspond à nos aspirations, à nos valeurs et à nos talents. Je pense tout de suite à toutes ces offres auxquels je postule sans réelle conviction, juste pour une question d'argent ... Avec la sécurité financière qu'il apporte, cela permettrait aux gens de se lancer dans des projets qui ont plus de sens pour eux ( écrire un livre, se lancer dans entrepreneuriat, se former aux médecines douces ...) en levant les freins financiers qui régentent actuellement nos vies. Qui sait à combien de projets nous renonçons par manque d'argent et par peur du manque de ressources ?

Deuxième objection. "Comment faire pour financer une idée pareille ?"

L'argent ne pousse malheureusement pas sur les arbres. Je ne suis pas économiste mais je sais que de nombreuses pistes sont dorénavant à l'étude pour trouver des sources de financements. C'est d'ailleurs la question centrale de la mise en place du RU (entre 200 et 400 milliards d’euros par an, c'est quand même un budget). Les idées principales sont le financement par l’impôt sur le revenu ou sur l’impôt du patrimoine, la taxation des profits, la réforme de la création monétaire mais d'autres pistes sont envisagées pour rendre cette idée viable.  Sachez seulement la faisabilité d’un revenu de base autour de 400€ par adulte et 200€ par enfant a déjà été vérifiée par une thèse de Marc de Basquiat.

Troisième objection (et elle pique celle là). "On va devenir le pays de l'argent facile" (ne m'en voulez-pas, merci).

Je sais que c'est très mesquin de penser que les gens ne viennent en France que pour toucher des aides et se laisser vivre. Je sais aussi que l'immigration n'est pas toujours motivée par les ressources financières du pays accueillant mais aussi par la situation précaire du pays d'origine ... Mais que voulez-vous, on a du mal à se défaire de ses aprioris. J'ai cependant récemment appris que pour toucher les aides sociales, il faut cinq ans de résidence légale en France ( pourquoi personne ne parle jamais de ça ? Hein ? Au lieu de véhiculer bêtement l'image du migrant qui arrive et qu'on accueille avec un paquet d'aides diverses et variées) et qu'il n'est pas possible pour un étranger de séjourner en France uniquement pour toucher les allocations ( même si je ne nie pas l'existence de la fraude et des profiteurs). Ceci étant, on peut donc espérer des possibilités d'attributions similaires pour le RU.

Maintenant, les premiers questionnements passés, je vais vous dire pourquoi il me semble intéressant de creuser cette question et pourquoi je pense qu'il est bon de promouvoir le revenu de base, ou le revenu universel.

Premièrement, à cause des changements qui frappent le monde du travail. C'est une réalité. J'ai déjà évoqué la question de l'indépendance un peu plus haut, le RU nous libérant du salaire " de nécessité vitale ", on se sent plus libre de se consacrer entièrement à des projets qui ont du sens pour nous. Ce qui permettrait aussi sans doute d’améliorer le bien être au travail (et de mettre fin à de nombreuses situations de souffrance qui conduisent aux dépressions, burn out et autres drames relatif au surmenage et au malheur ).  Il n'y a pas que cet aspect du travail que le RU révolutionnerait. On peut aussi parler du fait que beaucoup d'emplois vont disparaître dans les années à venir, remplacés par les machines. On peut donc penser que le travail va se raréfier dans certains domaines. Le RU permettrait alors de garantir une certaine autonomie financière et de sortir les personnes de leur crainte du chômage ou d'avoir un travail " gagne pain" parce que leur emploi est menacé par l’automatisation et la numérisation ...

Pour continuer dans cette idée, je pense que le RU serait un formidable outil d’émancipation. Notamment pour les jeunes. Pour des raisons purement économique, je ne me suis jamais sentie vraiment libre de faire mon propre chemin. Avec le RU, je me serais sans doute sentie beaucoup plus autonome, sans crainte de peser sur mes proches (ce qui est encore le cas en ce moment) et je n'aurais pas choisis mes options professionnelles sur le seul critère de leur "employabilité" et du revenu qu'elles allaient me rapporter à la fin du mois.

D'un point de vue géographique cette fois, il me semble que le RU serait une bonne solution pour dynamiser les zones rurales. Je vois de plus en plus de personnes de villages ou de petites villes, comme la mienne, obligé de chercher du travail dans les grosses villes, entraînant ainsi l’appauvrissement de leur territoire. J'ai vu beaucoup de magasin et d'indépendants mettre la clef sous la porte dans notre secteur, les cinq dernières années.  Le RU encouragerait les travailleurs à rester ou à s’installer dans les petites villes et les territoires ruraux et à relancer l'emploi local (petite restauration, prestataires de services...).

Finalement, le RU serait à coup sûr un bon moyen pour développer de nouvelles richesses. Il permettrait de sortir de ce dicktat de la productivité et de la rentabilité en favorisant l'épanouissement personnel, en aidant à la cohésion sociale , en mettant en valeur les activités non marchandes, en favorisant entrepreneuriat et l'économie contributive ... En réalité, il y autant de bonnes raisons de vouloir instaurer un revenu de base que de maux et d'espoirs différents. Après les congés payés, il me semble que ce serait le plus gros progrès sociétal que nous pouvons espérer.

Et vous ? Seriez-vous favorable à un revenu universel ? Si oui, pour quelles raisons et pour quel montant ? Si non, quelles sont vos principales objections ? Que pensez-vous des résultats observés lors des premières expérimentations ? Pour vous quelles sont les principales dérives que ce projet pourrait rencontrer ? Dîtes moi tout.


















12 commentaires:

  1. "Il s’agirait de donner des marges de manœuvre pour mieux choisir son travail, un travail qui correspond à nos aspirations, à nos valeurs et à nos talents."
    "Il permettrait de sortir de ce dicktat de la productivité et de la rentabilité en favorisant l'épanouissement personnel, en aidant à la cohésion sociale , en mettant en valeur les activités non marchandes, en favorisant entrepreneuriat et l'économie contributive"
    ---> raisons qui font que ça ne se fera pas de si tôt. Aucun intérêt dans la société actuelle de favoriser le bien être et l'épanouissement, l'indépendance d'un travail salarié (même mal payé) et alors, ne plus prêter allégeance aux déesses productivité et rentabilité ferait faire des crises cardiaques à pas mal.

    Et pourtant, quel bond en avant pour la société. Peut être pas les premières années, chaque avancée a besoin de murir. J'avais fait un article sur le revenu de base il y a un moment ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai cherché sur ton fil Hellocoton, mais je n'ai rien trouvé. Peux tu m'envoyer le lien ? Je serais ravie de le lire.

      Supprimer
    2. De 2014, plus tout jeune ^^: https://avisdunechomeuse.wordpress.com/2014/06/06/le-revenu-de-base/

      Supprimer
  2. J’y suis favorable aussi, même si, comme Angie, j’ai peu d’espoir de le voir mis en place compte tenu des politiques menées actuellement...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi je me dis qu'il y a quand même un maigre espoir, ils voient bien que les politiques actuelles n'aboutissent pas, ou plus, ça va peut-être les motiver à faire un bon coup de canif dans le contrat...

      Supprimer
  3. C'est une question très complexe. C'est aussi philosophique que sociétal. Je ne pense pas qu'on puisse se limiter à l'aspect économique de la question ... Je n'y suis pas hostile, mais je pense que ça tient encore de l'utopie, malgré les expérimentations dont tu parles.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme dirait Cohen, je pense que c'est une utopie réaliste. Il n'y a que les personnes qui gagnent bien leur vie qui vont renâcler puisque la source principale de financement prévue c'est quand même l'impôt ...

      Supprimer
  4. Je dirais pourquoi pas ... mais d'un autre côté, si c'était la solution aux soucis de notre société, je me demande pourquoi personne ne l'a mis en place ? Des expérimentations, c'est bien, mais si les résultats sont concluants ( et je parle en connaissance de cause, l'UNICEF en a développée une en Inde) pourquoi ne pas l'instaurer ? J'avoue que le flou sur le financement doit y être pour beaucoup ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est sans doute la plus grosse problématique, celle du financement. Il se pourrait bien que l'on combine plusieurs sources de revenus ...mais tout ça est une question de choix politique ...

      Supprimer
  5. Je gagne bien ma vie, mais je ne renacle pas. ^^
    Blague à part, je suis pour. Très très pour même. Pour toutes les raisons dont tu parles. Pour redonner du sens à nos vies. Et aussi parce que je me dis que ça aiderait à avoir moins de gens qui se retrouvent à dormir dehors (chose qui me rend malade!).

    RépondreSupprimer
  6. Je pense que c'est une idée à creuser, je suis aussi plutôt pour. Je pense qu'on se trompe. Mais je me demande toute même si ça les prix ne bondirait pas d'un coup. L'idée me plait, mais je ne me suis pas assez renseignée là dessus pour affirmer un grand "OUI je suis pour"

    RépondreSupprimer
  7. Personnellement, je ne suis pas pour.
    C'est une très bonne question, celle d'instaurer ou pas le revenu universel. Autant économique que morale, sociale, ...

    Pour moi, tout travail mérite salaire. Certains métiers méritent de gagner plus que d'autres : par le niveau d'études, par les heures fournies, par la dureté du travail. J'ai du respect pour toutes les professions, on a besoin de tout dans une société ! Mais je pense que gagner plus reste ancré en nous. On ne peut pas demander à tout le monde de mettre ses propres envies et intérêts à coté pour le bien de la communauté.
    J'ai l'air très capitaliste dit comme ça.
    Maintenant, je suis d'accord qu'il faudrait remettre un "sens" à la vie. Quand j'entends certaines choses, j'ai envie de bondir. Certaines comportements ne sont pas normaux. Il y a une différence pour moi entre l'avidité qui peut tourner au vol des autres et cette dite envie de se dépasser pour mieux gagner, améliorer sa vie.
    Il faudrait instaurer certaines règles morales, mais soyons honnêtes, cela serait difficile de le faire pour chaque situation qui pourrait advenir. Certains ne font pas la différence entre bien et mal, après tout.

    Enfin, je pense que c'est une question sur laquelle on pourrait se poser, et qui nécessiterait maintes débats. J'ai déjà écrit bien des lignes, et je n'ai pas dit grand chose. J'ai étudié le commerce, et je saisis à peine les répercussions que ce revenu universel pourrait avoir.

    RépondreSupprimer