dimanche 18 septembre 2016

Un jour ... j'aurais une relation décomplexée avec l'argent.


Résultat de recherche d'images pour "money"




Une phrase dit que l'argent ne fait pas le bonheur. C'est vrai. Mais je me rends compte depuis quelques temps qu'il faudrait ajouter derrière " mais il y contribue ".

J'ai toujours eu une relation compliquée avec l'argent. Une sorte d'ambivalence mal assumée entre mes désirs profonds, où l'argent sert d'accélérateur pour réaliser ses rêves, ouvrir des portes, et vivre un quotidien confortable et la face publique qui est d'accord avec l'opinion publique, scandant que l'argent c'est le mal et que tout ceux qui en ont un peu trop sont suspects.

L'argent c'est sale, c'est honteux, c'est culpabilisant. A croire que tu le gagnes toujours en piétinant les autres, en reniant tes valeurs et en trempant dans des magouilles pas très claires. En gros, tu ne peux pas être quelqu'un de bien si tu souhaites t'enrichir et quand tu te rends comptes, finalement, que tu as des aspirations matérielles plus élevées que ce que tu avais envisagé. Faut dire que le contexte n'aide pas. C'est la crise mes bons amis, alors si tu as trois sous dans ton cabas, tu devrais déjà être bien content. Et tant pis si au fond de toi tu rêves d'une belle voiture ou d'une maison de campagne, ou tout simplement de te payer des vêtements qui dépassent les dix euros le t-shirt.

Après tout, de quoi tu te plains, tu as un toit sur ta tête, tu manges à ta faim (voir un peu trop), tu peux payer le médecin et même aller au cinéma ... Certes. N'ayant jamais connu l'aisance financière depuis que je suis dans la vie active, je me suis souvent rangée de ce côté là de la barrière. Quand on n'a pas d'argent, autant dire que c'est par conviction et par idéal, ça évite de penser à la honte qu'on se trimbale de ne pas pouvoir faire tout ce qu'on veut, de devoir refuser régulièrement des petits plaisirs à son conjoint, ne pas pouvoir gâter sa famille comme on le voudrait, de soupeser chaque sous avant de prendre une décision ... et le plus souvent y renoncer. A force de lutter quotidiennement contre l’adversité, la lutte, et la « pauvreté » qui va avec, finissent par devenir un mode de vie, un mode de pensée, une identité à laquelle on s’accroche faute de mieux …

J'en sais quelque chose. Je me suis souvent dis que sur ce point là, comme sur celui de la santé, je n'ai pas vraiment tirer les bonnes cartes à ma naissance.

Je sais bien que le manque d'argent n'est pas un crime et que la richesse n'a rien d'une vertu, mais je sature de cette situation.

J'en ai marre de penser qu'avoir de l'argent est un crime dont on est forcément coupable. Parce qu'au fond ma seule motivation à gagner plus d'argent, c'est de pouvoir enfn entrevoir un avenir plus serein, car il reste bien le nerf de la guerre. Pour ceux qui n'ont jamais eu à compter, je peux vous assurer que c'est épuisant, cette boule au ventre quand on regarde les comptes, en espérant qu'ils ne soient pas trop dans le rouge à la fin du mois, cette appréhension à la caisse du supermarché, quand on essaie d'évaluer le prix de son caddy et le nombre de repas qu'on va pouvoir en tirer, savoir que même lorsqu'on se sert la ceinture et qu'on mensualise tous les mois, la moindre petite dépense imprévu met en péril l'équilibre précaire sur lequel vous vivez ...

L'argent c'est la liberté. La liberté de se faire plaisir et de vivre des tas de choses sans penser sans cesse à son découvert autorisé, sans avoir peur de l’huissier, sans craindre la prochaine tuile ... On est libre sans argent, c'est vrai. En théorie, ce pays merveilleux où on n'a jamais de problèmes. Oui, on est libre de partir en vacances, mais finalement on ne le fait pas, On est libre de faire des sorties, mais on ne le fait pas. On est libre de rénover sa maison, mais on ne le fait pas... je peux continuer inlassablement comme ça.

Et plus j'y penses, moins je dors. Plus j'y réfléchis, plus je me dis que je pourrais citer bien plus de raisons en faveur de l'argent que l'inverse. Et d'un coup, l'univers des possibles semblent infini.

On peut choyer ses proches. Oui, oui. Les gâter, les dorloter. Leur offrir ce qui les fait rêver. Non pas faire la charité mais au moins des cadeaux à la mesure de l'affection que vous leur portez. Souvent j'imagine un présent dans ma tête, en me disant qu'il sera parfait pour telle ou telle personne, et la dure réalité du marché me ramène à des choix bien plus restreints. Oh oui, que j'aimerais pouvoir payer un restaurant à mes parents, partir en week end thalasso avec ma mère, ou offrir à mon homme le gps pour vtt dont il rêve. Voir mes proches ravis, c'est le plus beau cadeaux quoi soit.  Bien sûr l’argent n’achète pas tout, mais offrir un beau cadeau, inviter ses proches en vacances ou pour une sortie, ça les rend heureux, et ça nous rend heureux...Dans le même ordre d'idées, il n'y a pas que mes proches qui méritent d'être tiré vers le haut. Le monde aussi. On ne peut pas aider le monde entier, c'est vrai, mais l'argent permet de soutenir nos combats et les causes qui nous sont chères bien plus efficacement que la pauvreté. On peut parrainer un enfant, soutenir le financement d'une bonne oeuvre, planter des arbres en Amazonie, sauver les baleines ..

L'argent, au final, prend la couleur qu'on veut bien lui donner. Gagner de l'argent ne serait donc pas synonyme de beuverie à St Tropez et exhibition de liasses de billets sur son yatch au Monténégro. On pourrait tout aussi bien être les pionniers d'un business novateur ou sauver la population d'abeille de sa région. Etre un réalisateur de rêves. Un vivier à opportunités. Finalement, on peut bien rêver d'argent sans être cupide, radin et déconnecté des problèmes du monde. J'ai donc décidé de laver l'idée que je me faisais de l'argent, de le libérer de mes culpabilités, d'ignorer mes croyances à son sujet, de ne plus laisser les perceptions que je me faisais de lui jouer en ma défaveur, pour tout simplement le considérer comme un outil. Un outil me permettant d’améliorer mon quotidien et celui de mes proches, de changer la face du monde à hauteur de mes désirs ...


Et vous ? Quelles relations avez-vous avec l'argent ? Quelle perception ou quelle croyance lui associez vous ? L'argent est-il pour vous une motivation, un leurre, une gratification ? A quelle moment estimez-vous qu'une personne devient riche ? A quel seuil se situe la pauvreté ? Dîtes moi tout !










18 commentaires:

  1. J'ai jamais connu le luxe, sans être pauvre, mes parents galéraient tous les mois, et nous on fait pareil. C'est toujours délicat pour ceux qui ont de l'argent de comprendre que NON je peux pas payé un abonnement a une salle de sport, NON je peux pas passer ma vie en vadrouille car il faut économiser l'essence, et que je peux pas me permettre trop de folie... et de même ça me gêne quand on m'offre des cadeaux trop onéreux car je sais que je pourrai jamais rendre la pareille..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui ça m'en parle pas ... Dans ma famille, il y en a aussi des comme ça .. qui partent en voyage tout le temps, qui ont 3-4 abonnements de sport et qui sont de toutes les sorties, même celle qui coûtent l'équivalent de deux semaines de courses pour toi ...Ils pensent sans doute pas à mal en proposant tout ça, m'enfin quand tu peux pas, c'est frustrant ...

      Supprimer
  2. Ah ça, c'est sûr que la majeur partie des gens sont passé de l'espoir de s'enrichir à la peur de s'appauvrir ... Il est ce qui manque, ce dont nous n’avons jamais assez, et cette absence va empêcher la réalisation de nos projets. Nous les premiers. Mon entreprise commence seulement à dégager un peu de bénéfice et mon homme a du accepter un travail loin du domicile (il ne rentre qu'en week end) pour éviter le naufrage. Je suis bien d'accord quand tu dis qu'il est un outil d'émancipation ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui,tu m'avais dis pour le Lux' ... la fin justifie les moyens ? N'empêche que ça doit pas être évident au quotidien .C'est comme ceux qui ont un salaire élevé mais qui bosse 45 heures dans la semaine, je me demande où est l'intérêt puisqu'au final tu ne peux pas en profiter, de cet argent durement gagner ...

      Supprimer
  3. Je ne sais pas si je peux dire que je comprends ce que tu vis, étant donné que je viens d'une famille dite aisée ... mais je peux entendre que ce n'est pas évident au quotidien. Dans ma famille l'argent n'a jamais été un problème et je sais très bien que nous sommes des privilégiés. Ceci dit, s'il n'est pas facile d'être pauvre en période de crise, il n'est pas non plus facile d'être "riche" car les gens ne nous ont pas à la bonne ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le fait d'être riche est une notion toute relative. Il y a bien sûr les statiques, mais je pense que c'est avant tout une considération personnelle ..

      Supprimer
  4. Merci pour ton article sincère. De mon côté, j'ai toujours considéré l'argent uniquement comme un moyen d'échange. Je n'y ai jamais vraiment attaché réellement d'importance. Même si c'est vrai, il faut l'avouer, l'argent est un facteur qui joue beaucoup sur notre liberté...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est très bien de ne pas y attacher trop d'importance, mais quand on en manque, cela devient difficile d'en faire abstraction ...

      Supprimer
  5. Je n'ai pas grandit dans le luxe et je n'ai aucun mal á crier haut et fort que l'argent est important pour moi. Parce que l'argent c'est la liberté. Si j'étais riche, je serais beaucoup plus libre. L'argent

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dommage qu'il manque la fin de ton commentaire, ton point de vue entier sur la question aurait été intéressant. Moi, par contre, je ne clame pas haut et fort mes ambitions financières, je suis encore trop conditionnée par mes anciennes croyances et anciens réflexes ...

      Supprimer
  6. Nous ça va mieux depuis qu'on a quitté la région parisienne, mais uniquement parce que mon homme à réussi à négocier de garder le même salaire .. Sinon, on aurait un rythme de vie bien plus riquiqui aussi. J'espère que tu obtiendras ce que tu souhaites, Di, car le manque d'argent devient rapidement une épine dans le pied, c'est vrai ..

    RépondreSupprimer
  7. Cet article me parle et en même temps ... fin juin, j'ai fais une grosse déprime. Envie de tout claquer, de partir, de recommencer un truc ailleurs, tu sais, l'air frais, les moutons, la montagne ... J'ai quitté mon job sur un coup de tête, j'ai sous-loué mon appart' à une amie en galère de logement, elle s'occupe de mes plantes grasses et de mon courrier, j'ai pris mon chien sous le bras et trois vêtements dans un sac à dos et depuis je vis en mode WWOOF. Je vais d'hôtes en hôtes et ça me va bien comme ça. Je ne gagne donc pas d'argent. Et ça va. J'ai appris énormément de choses. A tricoter. A faire de l'eau de vie (haha). A m'occuper de chèvres (♥). En ce moment, je fais les vendanges en Bourgogne. Et après, on verra. Je me laisse jusqu'à août l'année prochaine. Ensuite, je verrais pour concrétiser mon projet de Tiny House et tout ça ... Alors, l'argent, c'est bien, mais finalement, je suis bien plus heureuse depuis que je n'en n'ai plus ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me disais aussi que tu passais moins souvent ... Je suis contente que ça se passe bien et que tu soit plus en phase avec toi même maintenant ! Ps : je ne savais pas que tu avais un chien *-*

      Supprimer
    2. Oui, c'est un cairn terrier ! Il s'appelle Gimli. Je me disais que ça serait un bon clin d'œil pour un petit chien, un terrier qui plus est, de porter le nom d'un nain qui bosse dans les montagnes XD Heureusement, il est bien plus mignon que le premier détenteur du nom !

      Supprimer
  8. Pour moi, l'argent est un outil comme un autre qui comme tu le dis, nous permet de nous faire plaisir et faire plaisir à ses proches. Comme un couteau, on s'en sert bien ou on s'en sert mal, tout dépend de nous.
    C'est dommage toute cette culpabilisation que le monde fait autour de l'argent alors qu'au fond, tout le monde en veut mais beaucoup le rejette parce que c'est "mal". Qu'ils sont compliqués ces humains! =p

    De mon côté, j'apprends à dénouer tous mes blocages avec l'argent depuis que je lis le blog de Denise Duffield Thomas, une entrepreneure qui nous donne pleins de bons conseils pour se réconcilier avec l'argent. J'ai aussi acheté son bouquin y a pas longtemps qui s'appelle Get Rich Lucky Bitch avec des exos de développement perso et tout pour nous aider à ne plus diaboliser l'argent et je te le recommande car il m'aide pas mal!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, c'est gentil, je file voir ce blog !
      Oui au final je me demande si on ne rêve pas d'avoir plus d'argent juste parce qu'il gouverne tout ...

      Supprimer
  9. Je voos ce que tu veux dire en evoquant le fait que l'argent, prend la forme et la force qu on veut bien lui donner.

    J ai une relation un peu bizarre aussi.
    J'ai un coté econome, qui me permet de mettre de coté tous les mois parceque je depense peu sur des poste de depenses que certains voient comme indispensable. Mais a coté de ca, quand je suis au resto, en voyage, loisir ... je ne compte pas.

    Et je peux etre genereuse et ne pas me prendre la tete pour de l'argent ... mais en meme temps, je vaos etre vigilente et ne pas crier sur les toits que j arrive a épargner.

    Gagner plus ... pourquoi pas, mais pas au détriment de mon temps libre et de mon confort de vie.

    RépondreSupprimer