dimanche 11 septembre 2016

Un jour ... j'ai fais une overdose médiatique.



Image de stop, tv, and brainwashing
Weheartit Photography

Plus ça va, et plus j'ai du mal avec les médias.

Je me faisais la réflexion l'autre jour en entendant le flash info que si un extra-terrestre avait pour seules informations sur notre planète (ou même simplement notre pays) celles diffusées par la presse écrite, radiophonique ou télévisuelle, il n'aurait certainement aucune envie de venir y faire un tour et encore moins de l'envahir. Non mais, franchement, la messe est dite à notre sujet. Tout va mal. Partout. Tout le temps. Le monde devient cinglé et le soleil ne se lève plus jamais. On est foutu. On va dans le mur. Le gouvernement est nul. Le monde est raciste. Les pays et les populations dérivent. L'ombre du terrorisme plane sur notre quotidien. Les jeunes sont en panne d'avenir. Le travail est devenu maltraitant. Les catastrophes climatiques en série font agoniser notre planète.

On aura connu mieux comme slogan d'appel.

A croire que les mauvaises nouvelles sont attendues et les bonnes inaudibles.

Bien sûr, la plupart des journalistes (je l'espère) ne font que relater les faits et se contentent de raconter le monde tel qu'il est. Ceci étant, je supporte de moins en moins la vision noire et désespérée qu'ils offrent de notre quotidien et surtout de notre avenir. On me dira que l'info est devenu un buisness comme un autre et que le sang, les larmes, les drames font bien plus vendre que le bonheur, qui est rarement spectaculaire, c'est clair, et les valeurs positives comme la solidarité, la confiance et la gentillesse ... Alors oui, ce drôle de mélange qu'est l'infotainment ( information mixée au divertissement) impose aujourd'hui sa loi dans le choix des actus mais cela ne doit pas être une excuse.

N'y a t'il que moi pour être outrée, choquée et découragée que les journaux télévisés commencent systématiquement par le récit d'un drame familial, d'un meurtre, d'un incendie, ou sur n'importe quel autre événement violent ? Pourquoi s'évertuer à nous faire oublier au quotidien que des millions d’événements heureux se sont déroulés sur le même laps de temps ? Des enfants naissent (bienvenue au monde petit Marius !) , des arbres sont plantés, des animaux trouvent un foyer, des entreprises sont créés, des gens se sont aimé ou entraidé, ils ont ri, chanté, dansé, inventé, joué ... mais de tout cela, ce que nous retiendrons en éteignant la télé, la radio ou en refermant le journal, ce n'est qu'un profond dégoût et l'intime conviction que notre monde se dégrade de plus en plus vite.

Michel Simon disait qu'à force d'écrire des choses horribles, des choses horribles se produisent. Il me semble que c'est une phrase d'une grande justesse.  La surmédiatisation de la violence et la répétition de ces images désastreuses ne font qu'enlaidir la réalité, fausser notre perception et influencer notre jugement.De là à dire que les médias sont responsables des drames qu'ils relayeront ensuite, il n'y a qu'un pas que je suis prête à franchir. A force de nous farcir le cerveau d'informations anxiogènes, ils ne font qu'augmenter notre sentiment d'impuissance, d'insécurité, ce qui entraîne alors la peur, la colère ... cor tout le monde sait que la peur et la colère ont, généralement, des conséquences fâcheuses. Il serait donc grand temps que toutes les personnes qui délivrent de l'information prennent conscience de leur responsabilité.

Certains d'entre vous me rétorquerons que notre responsabilité en tant que lecteur, auditeur, spectateur est tout aussi engagée lorsque l'on entame une croisade contre les médias. C'est exact. L'information est devenue un véritable tourbillon où se mélange informations véridiques, fakes, délires, exagérations, théorie en tout genre, racisme, propagande, manipulation, rumeurs sans que rien de tout cela ne soit filtré, ni vérifié, ni hiérarchisé, ouvrant ainsi la porte à tout et n'importe quoi et nous laissant seul face à la terrible responsabilité de décider de ce qui est authentique ou mensonger. . Cette libération de la parole et de l'information doit alors nous contraindre à la plus extrême vigilance.

Nous devons bien sûr apprendre à comparer, vérifier et croiser les informations qui influencent non seulement nos décisions, mais aussi nos paroles et nos actes. Accepter de ne plus prendre pour du pain béni tout ce qui sort de la bouche des journalistes. Prendre du recul et faire preuve d'esprit critique aussi souvent que nécessaire. Redevenir attentif à ce qui marche bien. faire l'effort de repérer et de partager les initiatives positives. Privilégier les médias d'information constructive comme Courant positif ou  Planete positive. Mettre un CD de musique lors des flash infos. Choisir avec soin les programmes télévisuels dont nous abreuvons notre cerveau. Devenir un émetteur à bonnes nouvelles. Car ce qui tourmente les hommes, ce n'est pas la réalité, mais les opinions qu'ils s'en font.

Et vous ? Que pensez-vous de l'influence des médias sur votre conception du monde ? Quelle place ont-ils dans votre quotidien ? Que pensez-vous de l'utilisation des réseaux sociaux comme canaux d'information ? L'infotainment est-il ce qui est arrivé de pire dans cette révolution de l'information ? Pensez vous que notre seule volonté et notre engagement quotidien à diffuser de l'information positive peut suffire à renverser la vapeur ? Dîtes moi tout !



8 commentaires:

  1. Je trouve que ce que tu dis est tout a fait juste. Les informations sont répétitives et anxiogènes. C'est la course au sensationnel. Est ce que l'on ne peut pas être informé sans toutes ces mises en scènes? Moi à titre perso je ne regarde plus les chaines d'infos et BFM pour ne pas la citer. Je lis plutôt car j'aime savoir ce qu'il se passe, et puis je lis beaucoup de blogs ou il y a une multitude de gens formidables et ca fait du bien. Bonne journée à toi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton commentaire, Stéphanie !
      Ah oui, les chaines d'info en continue c'est juste bon à tourner en dérision, comme l'excellente vidéo du Palmashow ...

      Supprimer
  2. C'est triste à dire mais l’idée que « l’information est devenue un produit de consommation comme un autre » n’est pas nouvelle. J'avais lu un très bon article à ce sujet, je te mets le lien : http://www.legrandsoir.info/medias-et-information-il-est-temps-de-tourner-la-page.html Ici en tout cas, on ne fait plus dans le "généraliste". J'achète uniquement de la presse spécialisée dans les domaines qui nous intéresse, la radio, c'est pour la musique et la télé, c'est pour des documentaires ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très bon article, très complet ! ^^

      Supprimer
  3. Tu m'as fais sourire avec cette histoire d'extra terrestre mais tu as entièrement raison ... Alors que notre planète est tellement belle et tellement riche ! Pour ce qui est de l'actu, je me contente de lire les essentiels de l'actu sur Weekly, une fois par semaine et je passe à autre chose.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne connaissais pas ce site mais c'est vrai qu'il y a pas besoin de plus.

      Supprimer
  4. La grosse blague dans ce pays, c'est que : si pour une large majorité des Français (64%), les médias accorderaient trop de place aux mauvaises nouvelles, lorsque ces mêmes médias s'intéressent aux évènements positifs et aux solutions innovantes, le public n'est pas au rendez-vous... ce qui me fait penser à mon père quand il dit que la presse à toujours fait de meilleures ventes sur les morts ...

    RépondreSupprimer
  5. Pour ma part je m'attarde sur les grands titres et je zappe. Je préfère regarder un bon documentaire ou un dessin animé avec mes fils ... En ce moment, j'ai droit à un épisode de c'est pas sorcier tous les soirs XD

    RépondreSupprimer