dimanche 10 juillet 2016

Un jour ... j'ai grossis d'avoir trop voulu maigrir.

A joyful journey photography

J'aurais pu écrire cet article le six mai, consacré au " No diet day". Il aurait déjà été d'actualité (d'ailleurs, je crois qu'il n'y a pas de bon moment dans l'année pour balancer un pavé dans la marre). Mais, en ce moment, ça n'aura échappé à personne, c'est la fête au régime dans la presse. C'est déjà le cas la plupart du temps mais, en été, je trouve que c'est encore plus accablant. Il faut dire que j'attends depuis longtemps le jour où la presse sera réglementée sur ce sujet. Comment peut - on encore nous rabâcher les oreilles avec toutes ces stratégies minceurs ( et ce, en toute impunité !) alors que l'on sait pertinemment que ce sont des bombes à retardement ?  J'ai encore dans la tête le désastre Dunkan mais ce n'est qu'un parmi tant d'autres. 

Personnellement, j'ai appris à mes dépends que vouloir maigrir à tout prix fait grossir.  Et je sais que je ne suis pas la seule dans ce cas là (je pense très fort à Bérénice, là tout de suite). 

J'ai des problèmes de poids depuis mon enfance. Cela a longtemps été le cheval de bataille de ma mère. A six ans, je connaissais déjà les mots restriction, calories, surpoids, courbe, avoir la faim qui tenaille plus une belle collection de vacheries enfantines sur mes bourrelets. Plus tard, je me suis occupé moi même de mes kilos en trop et je suis tombé dans l'enfer des régimes. Oscillant entre un état d’hyper-contrôle où je pèse tous les aliments et où j'additionne toutes les calories ( ww est mon ami ) et un lâcher prise total où je mange tout et n'importe quoi dans des quantités astronomiques, perdant de vue les bases élémentaires de la nutrition et de l'alimentation "équilibrée". Je ne pense pas exagérer quand je dis que les régimes sont à l'origine de mes désordres alimentaires. Restriction cognitive, hyperphagie, régime sévère à visée punitive ou réparatrice... 

Un véritable cercle vicieux. J'étais inscrite dans le schéma " prise de poids- perte de l'estime de soi - déprime - besoin de me consoler par la nourriture - prise de poids - régime " et ainsi de suite. Manger est devenu une souffrance et mon rapport aux kilos, un enfer quotidien ( je me pesais plusieurs fois par jour, ce qui est complètement abhérent quand on sait que le poids varie de deux à trois kilos par jour selon divers facteurs totalement indépendants de notre volonté). C'était devenu obsessionnel. Et cela occupait pas mal de temps dans mes journées. Manger est devenu trop compliqué et j'avais toujours ce sentiment que, quoi que je fasse, c'était mal. Toujours trop, pas assez équilibré, pas assez diététique, trop industriel, trop pollué, trop transformé, trop gras, trop sucré, trop salé ... 

J'étais coupable. Forcément coupable. Et mon niveau d’exigence était toujours trop bas. 

La preuve, je perdais un peu de poids pour ensuite tout reprendre et même ajouter un ou deux kilos supplémentaires au compteur. 

Implacable effet yoyo.

Et oui, quand on habitue le corps à fonctionner avec peu de carburant, on modifie les hormones régissant le métabolisme. Ce dernier va s'adapter afin de conserver les mêmes performances ( et assurer le fonctionnement des organes vitaux)  tout en brûlant moins de calories. Prenons un exemple : une personne suit un régime à 800 calories pendant plusieurs semaines puis repasse à une consommation de 1200 calories par jour (ce qui est toujours bien en dessous du quota des 2000 calories dont une femme à besoin ou des 2500 pour un homme). Il a été observé qu'elle va fatalement reprendre du poids. En effet, le cerveau va s'imaginer qu'il est face à un excédent de calories et va les stocker, en prévision d'une prochaine restriction (si on réfléchit, quelle belle parade que l’organisme, vraiment plus malin qu'on ne le pense celui là !) . 

Ainsi, certaines personnes, même en mangeant un ratio calorique raisonnable se retrouvent en surpoids, voir obèses. C'est comme ça qu'en un peu moins de dix ans, j'ai pris dix kilos. Je pesais 68 kilos à 18 ans, un poids tout à fait correct et tout à fait normal pour ma taille à l'époque ( bien que je ne voyais pas les choses ainsi, cela va sans dire) et aujourd'hui à 26 ans, j'ai atteins le seuil fatidique des 78 kilos. Et mon Imc ne s'encombre pas des bonnes manières pour me balancer mon surpoids dans la figure. 

Aujourd'hui, je flirte avec le body positivisme. Du moins, j'essaye. Parce qu'entre nous, j'ai plus le courage de faire "un régime". Je sais que mon alimentation est globalement équilibrée, même si je garde des stigmates de toutes ces années de torture ( je perds facilement le contrôle quand la faim se fait sentir et j'ai beaucoup de mal à me raisonner devant certains aliments qui étaient bannis de mon alimentation). Non, je ne veux plus faire "attention". Non, je n'ai plus envie de me priver. Non, je n'ai plus envie de baver sur la glace de mes voisins au restaurant alors que je suis condamnée à la tisane sans sucre. Non, je ne veux plus m'angoisser dans les rayons du supermarché pour savoir si mon caddy est assez healthy. 

Depuis septembre, je ne m'interdis plus rien. Et franchement, je suis bien plus heureuse comme ça. Comme dirait Mathou, ma bonne humeur est proportionnelle à la taille de mon cul (et là, tu vois, je vais plutôt bien). Je vis ma vie comme je l'entends. Je mange des glaces, des frites, des fruits, de la feta et des salades comme ça me chante. Je ris, je paresse avec un livre et je me ballade au crépuscule, si ça me chante. Je danse en faisant mon ménage, je chante en voiture, et je bois des litres de thé vert à la rose, si ça me chante. Je profite de la vie et elle est bien plus douce maintenant. 

Et vous ? Que pensez-vous des régimes ? Du concept du No Diet Day ? Que pensez-vous de l'influence de la presse sur ce sujet ? Lisez-vous encore ce genre d'articles ? Avez-vous subi l'effet yoyo ? Que vous inspire le mouvement " body positive " ?  Dîtes moi tout ! 


                                          

26 commentaires:

  1. (rah je ne sais pas si mon commentaire est parti alors je le fais via ce biais c'est plus sûre et plus d'actu point de vue site web) (heureusement que je copie colle mes commentaires ahaha) bref:

    voilà ce que je disais :

    Chouette article, j'aimerai arriver à me détacher de tout ça. Je ne lis pas la presse, je me coupe des médias, je ne subis pas cette influence des pseudos régimes qui arrivent à chaque époque de l'année au final. Mais je suis malade, c'est pas parti d'un régime, je ne sais même plus le point de départ de ces tca. Tout ce que je sais c'est qu'in fine, peu importe ton allure on arrivera à te faire du mal; la preuve, pas plus tard qu'aujourd'hui, il faisait bon pour moi (qui souffre d'hyporthermie), j'en ai profité pour faire une ballade en t-shirt, sans me cacher du regard des autres sous une tonne de couche, un peu en mode body positive, okay je suis malade mais c'est transitoire en attendant je n'ai pas à me cacher, il fait beau après tout, et ben voilà un con qui passe me klaxonne en me faisant le salut nazi parce que je suis trop crevette.
    Heureusement qu'avec le temps on apprend à ne plus faire attention à tout ça (en tout cas moi) mais là, ça a quand même fait mal.
    Ce qui serait bien c'est que les gens en général arrêtent de juger, de parler de normes. Y'en a pas, on est tous différents basta.
    Je trouve notre monde bien triste de ce côté là!

    Merci pour l'article en tout cas!

    Captain Rawr.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas si on arrive à ne plus faire "attention" .. peut-être qu'on comprends juste (et qu'on imprime pour de bon),qu'on peut être aimable et estimable quelque soit notre physique ? Que notre qualité en tant que personne ne dépends pas du poids sur la balance ? Effectivement, la réalité est pourtant bien éloignée de cette beauté unique ! C’est la diversité des morphologies qui caractérise avant tout le corps et l’apparence humaine...

      Supprimer
  2. Ressembler à des modèles, se conformer aux standards, c’est juste impossible et contraire à notre envie d’être unique et aimée comme nous sommes... Tu as bien raison d'avoir envie de profiter de la vie, des glaces au chocolat, du moment présent et de toutes ces choses qui rendent la vie plus belle. J'ai adoré la citation d'illustration, je me suis étouffée de rire avec mon café (mon premier petit noir américain en plus !) :)
    Ici il est 3h15 du matin et je suis déjà réveillée ... décalage horaire, grosse galère ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh Noon ! Bonne chance pour ta nouvelle vie à NY :p Tu vas voir,tu vas vite prendre le rythme :) Prend de la mélatonine, ça réduit le jet lag ... Oui, la citation est pas mal, c'est vrai, j'ai bien ri aussi x)

      Supprimer
  3. Cela me fait penser à Jean-Pjilippe Zermati et Gérard Apfeldorfer qui avaient lancé une pétition pour faire interdire les régimes amaigrissants ... (au motif que "(…) les données actuelles de la science permettent d’affirmer que les régimes amaigrissants de quelque nature qu’ils soient, sont inefficaces sur le long terme, aggravateurs des problèmes pondéraux, nuisibles à la santé physique et mentale, destructeurs des comportements alimentaires"), c'était resté sans suite ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mouais. Comme quoi l'industrie des régimes n'a pas encore fini de faire parler d'elle. Même quand ça devient une question de santé publique, ça n'avance pas ..

      Supprimer
  4. Moi ce que je lis surtout, c'est que tu as remplacé une injonction par une autre ... d'abord c'était celle consistant à modifier ton apparence pour répondre aux diktats de la mode et de la minceur et maintenant pour répondre à celle qui te souffle de t'accepter comme tu es... C'est bien triste ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, pas vraiment, j'ai juste décidé que je pouvais être heureuse, belle, épanouie .. que je sois ronde ou non.

      Supprimer
  5. Ma méthode : 1 h/1h30 de sport par jour. Ca dope le moral et ça efface les écarts.


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'en doute pas. Avec une neuropathie et un déconditionnement sévère, ça devient plus compliqué ...

      Supprimer
  6. J'aime beaucoup la façon dont se termine ton article :)
    Perso, le poids, ça me passe au dessus de la tête, une personne ne se résume pas au nombre de kilos qu'affiche sa balance.
    On est tous différents, et c'est très bien ainsi. Les régimes miracles font souvent plus maigrir le portefeuille que la personne elle-même.
    Tant que la santé n'est pas en danger (je pense aux cas d'anorexie ou d'obésité morbide par exemple), quelle importance d'avoir quelques kilos en trop ou en moins ? La vie est bien trop courte pour se prendre la tête avec tout cela ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh ben pourtant si x)
      Pour la mode, pour le corps médical ( et même pour ma psy ..), je me résume à mon poids-carapace ... Par contre, je suis d'accord avec toi pour les sous, c'est effarant ... et oui, vive la vie et les macflury !;D

      Supprimer
  7. Je suis une vraie ronde aussi (je fais du 48-50).Je ne peux qu'appuyer tout ce que tu dis dans ton article... puisque je suis une repenti du régime Dunkan ( avec le recul, je me demande bien comment j'ai pû être aussi bête ..) . Etre mince, c'est bien, être en bonne santé c'est mieux. Il y a quatre ans, je voulais perdre 10 kilos. J’ai fondu en quelques semaines et j'ai étais conquise. Mais dès que je me suis remise à manger à peu près normalement, j’ai tout repris en quelques mois. Maintenant, je suis à plus 15 kilos ... C'est à pleurer. D'ailleurs, je ne peux plus voir une boite de son d'avoine sans avoir envie de vomir ...Le summum a été atteint lorsque j'ai fais une insuffisance rénale sévère quand bien même je buvais des litres d'eau par jour ...aujourd'hui, je mange végétarien ( pas vraiment par conviction, mais parce que je ne peux plus voir du jambon, de la viande, ou même du surimi en peinture ..) et je m'efforce juste de faire 10000 pas par jour...avec mon iPod et mon chien, ça passe crème ... pour accepter mes rondeurs, y a encore du chemin à faire mais je fais des petites choses en ce sens et mon homme m'aide beaucoup ... il m'a offert une séance de photo chez un pro, j'ai beaucoup aimé et je me suis trouvé jolie dessus alors qu'en général je fuis les objectifs .. j'ai aussi fais un relooking, car je n'ai aucun sens du style et depuis que j'ai quelques clés vestimentaires, on me complimente régulièrement et ça regonfle l'estime de soi ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis désolée pour toi que Dunkan se soit si mal fini .. et tu n'es pas bête, tu as simplement fait confiance à la mauvaise personne ... pour moi, tu es plus victime que criminelle ...si la société était moins stigmatisant, on ne s'amuserais pas non plus à tenter tout et n'importe quoi pour maigrir ...

      Supprimer
  8. Bonjour,
    Vous parlez de compter les calries et vous citez WW...
    Non seulement il n'a jamais été question de compter les calories chez eux (et pour cause : 100 calories de chocolat et 100 calories de blanc de poulet n'ont absolument pas le même impact sur l'organisme, que ce soit en terme d'équilibre, comme de rassasiement...!!), mais ils ne méritent pas non p'us d'être cités dans un article anti-régimes.
    Parce que loin d'être un régime, c'est tout un enseignement global qui est donné. On réapprend à positiver, à se valoriser, à s'autoriser à ne pas se vour qu'au travers un pouds sur la balance. Faire de meilleurs choix pour soi, se dorloter...
    L'apprentissage de l'ésuilibre alimentaire vient se greffer tout naturellement comme faisant partie du respect de soi dans une jungle industrielle hostile à nos besoins profond mais motivée uniquement par le profit..,
    J'ai perdu plus de 30 kg avec WW il y a plus de 10 ans de cela. Je sors, je reçois, j'ai une vie professionnelle chronophage....et je n'ai pourtant jamais repris.
    Parce que Weightwatchers m'a appris à me nourrir dans le respect de la belle personne que je suis et que je n'osais me reconnaître.
    Metci à eux,
    Et bonne chance dans vitre quête.
    Nathalie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben si, chez WW je pèse et je compte ( qu'importe le nom qu'on donne point, propoint, flexipoint ou je ne sais quoi d'autres, ça ne change rien au comportement aliénant que cela entraine ... que ce soit des calories ou des "points" ça ne change rien pour moi). Et WW EST un régime ( un régime hypocalorique comme un autre, en fait, sauf qu'ils ont une bonne équipe de comm' qui s'évertue à nous faire croire que ce n'est pas le cas) , je ne vois pas pourquoi je n'en parlerais pas ici si j'en ai envie. Je suis contente que leur méthode est été efficace pour vous et qu'elle vous ait aidé, mais il faut aussi savoir entendre que ça n'est pas le cas pour tout le monde (moi inclus).

      Supprimer
  9. Je suis ronde depuis mon enfance, et j'ai souffert de moqueries (oui, le harcèlement scolaire, c'est une réalité), sans parler de ma famille où ma propre mère a toujours eu du mal à accepter mon poids et m'a fait faire mon premier vrai régime à 15 ans après m'avoir restreinte depuis mon enfance (me servir une fois alors que mes petits frères, eux, pouvaient manger autant qu'ils voulaient). A cela est venu se surimposer des problèmes de thyroïde (génétique plus Tchernobyl visiblement) qui étaient latent durant mon adolescence et se sont déclarés à mes 30 ans. J'ai conscience de ne pas correspondre aux canons de beauté, mais je ne veux plus faire de régime, je gère mon poids en mangeant autant sainement que possible et en ayant de l'activité (j'en ai dans mon travail + piscine, où je n'ai pas honte), et ça me va. J'ai choisi de faire avec mon métabolisme capricieux plutôt que de me battre avec à vie, et je suis mieux depuis. Mon poids chute un peu en été, revient un peu en hiver et, en ayant soin du reste, ça va comme ça. Et tant pis pour les ayatollah du régime, tant qu'on est en bonne santé (ce qui est mon cas, à part ma maladie chronique je n'ai ni triglycérides, ni diabète, ni cholestérol)on peut s'accepter comme on est.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis bien d'accord avec toi, Chibi !
      Moi, ce n'est pas la tyroïde mais j'ai aussi un dérèglement hormonal qui m'arrondit ..Idem, je n'ai pas trop de soucis de santé à cause de mon poids ... alors, ça va bien comme ça !

      Supprimer
  10. Je viens de lire votre article via le huffpost et me demande, quelle est la solution? Je suis un homme et j'ai vecu la meme chose que vous, rond depuis petit, perdu du poids, repris, etc... et maintenant j'ai l'impression ne plus arriver a perdre du poid. Et, au contraire de vous (Meme si je vous felicite d'avoir pu prendre la decision de ne plus etre toujours a la recherche de perdre du poids), moi j'aimerai perdre ces 10-15 kilos superflus. Quelle est donc la solution? Si moins manger comme vous le dite n'aide pas car le corps s'y habitue et stocke plus tard?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cher anonyme,
      Je vous remercie de votre mot. Je n'ai malheureusement pas de "solution" magique qui vous aiderez à perdre ce surpoids puisque j'ai pour ma part fait le choix de l'acceptation ... ceci étant, je peux vous conseiller les ouvrages du docteur Zermati et du docteur Apfeldorfer , deux médecins qui luttent sans relâche contre cette industrie du régime amaigrissant. Ils offrent tout deux une nouvelle réflexion sur le poids, le surpoids et l'alimentation en générale ... peut-être y trouverez vous les clefs qui vous manquent ... Il me semble que c'est une bonne base pour se pacifier avec son poids et l'alimentation, avant même de vouloir chercher à perdre ces quelques kilos qui agacent ...

      Supprimer
  11. Je viens également de lire ton billet via le huffpost, et je voulais juste te dire: I feel you!!!!!!!! Personnellement j'ai lâché prise des régimes et tout le reste il y a plusieurs années, mais cette obsession malsaine menaçait constamment de refaire surface et de détruire ma santé mentale et physique à nouveau. Je noyais la menace dans l'alcool et la drogue et ce n'était pas vraiment plus sain... Bref tout cela pour dire que depuis un peu plus de deux ans je suis devenue végétarienne, et, même si ce n'était vraiment pas le but de l'opération, ça m'a vraiment permis de "canaliser" mon obsession de la nourriture et des calories. Je passe quand même beaucoup trop de temps à lire les étiquettes à l'épicerie, à fouiller des recettes et tout ça, et je me prive quand même d'aliment que j'adore manger, mais bon c'est pour une cause beaucoup plus grande que moi-même et ça fait un bien fou! Indirectement je mange aussi beaucoup plus sain qu'avant, et lentement sans presque m'en rendre compte j'ai atteint mon poids santé même si je mange beaucoup trop de chocolat. Mais bon l'acceptation de soi c'est plus qu'un chiffre, et il reste un peu de travail à faire. Tout cela pour dire que l'obsession de la nourriture, ça ne disparaît pas du jour au lendemain (surtout si c'est là depuis l'enfance) mais je crois qu'on peut le transformer en quelque chose de positif chacun à sa façon :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui :)
      Je suis contente que tu es trouvé une solution dans le végétarisme ... J'essaie aussi de m'orienter vers une alimentation plus végétale mais j'ai encore de mauvaises habitudes ... on ne refait pas les dogmes diététiques en un jour non plus lol ...

      Supprimer
  12. j aurais pu ecrire ca mot pour mot ;)
    J arrive a ne plus me priver, a ne plus me "cacher", a ne plus m inquieter de ce qu on va dire si je denude mes bras... Mais j avoue il m a fallu 2 grossesses pour en arriver la, aimer ce corps qui m a permis da voir deux enfants en bonne santé !
    J'ai fait des therapies qui m ont plus ou moins aide, j ai decouvert que j accordai uen importance demesuree au physique, entre autres ;)
    Ce qui me f=permet de faire la paix avec la nourriture et d avacncer, c est vraiment la method Zermati - seule "voie" pour moi d esperer retoruver un etat un peu plus naturel, manger quand j ai faim, arreter quand j en ai assez - et avec un peu de chances perdre un peu de poids dans le processus ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah la satiété ... concept encore inconnu pour moi .. j'ai beaucoup de mal avec les sensations de faim, je perds pied à chaque fois. Le physique, le qu'en dira t'on, cela n'a rien d'inconnu pour moi, c'est presque une religion dans ma famille !

      Supprimer
  13. Hum, tu sais, j'ai pris pas mal de poids durant la grossesse de la puce et je n'ai presque rien perdu depuis .. En gros, je tape deux tailles au dessus de mes anciens vêtements en ce moment, j'ai pris de partout (hanches, ventre, seins...) mais je m'en fiche ... La vie est courte et j'adore la phrase de cette Mathou que je ne connais pas.Arrêtons de nous prendre la tête avec notre corps, que l'on soit mince ou enrobée, quelle importance, pour être mannequin je ne suis pas assez grande pas assez mince pas assez jeune, pour les hommes qui aiment les rondes je suis trop mince, pour ceux qui aiment les midinettes, trop vieille mais cela n'a aucune sorte d'importance ... puisque moi, je m'aime comme je suis, avec ma petite taille, mes cheveux trop foufous et mes tâches de rousseurs .. Disons stop à toutes les dictatures :)

    RépondreSupprimer
  14. Je me reconnais un peu dans ton histoire :)

    RépondreSupprimer