jeudi 9 juin 2016

Un jour ... je me suis dis que tout finira bien.

simply-divine-creation:
“ Ro Birkey
”
Joyful Journey Photography



Dans ma famille ... Dans ma famille, on n'est pas du genre à penser que les choses finissent toujours par s'arranger. On se le dit comme ça, pour arrêter de déprimer, mais au fond on n'y croit pas tellement. On passe beaucoup de temps à se soucier de ce qui arrivera demain,de l'avenir, de nos galères (petites ou grandes) et à se pourrir la vie pour des broutilles. De fait, j'ai toujours eu une vision très restrictive de mon quotidien. Pour faire court, je suis sans cesse focalisée sur mes problèmes. Et le pire, c'est que j'y consacre une énergie folle. La plupart du temps, à force de me démener pour régler mes soucis, je fini soit au bout du rouleau (et là vive les crises d'hystérie), soit encore plus frustrée et en colère contre l'Univers, mon Karma, les administrations, mon homme, moi ... Et tout ceci n'a strictement aucun intérêt. Je me bousille la santé, à vivre sur les nerfs, et en plus de ça, je perds un temps précieux. En effet, je ne compte plus les heures perdues à m'angoisser inutilement pour des choses qui ne sont pas arrivées ...

Je me suis rendu compte, pendant ma semaine de congés, que je passais beaucoup trop de temps ailleurs que dans l'instant présent et que la vie était trop courte pour continuer à être une faille spatio-temporelle ( oui parce que je fais régulièrement des bons dans le passé, aussi, entre nostalgie et regrets). J'ai donc décidé d'arrêter ce mode de fonctionnement et de m'inspirer un peu plus de celui de mon homme ( sur qui j'ai légèrement déteint depuis, mais qui lutte encore vaillement..). Parce que la plupart des problèmes se résolvent d'eux même et que les choses s'arrangent toujours à la fin. 

Déjà, j'essaie de moins m'en faire pour ce qui pourrait arriver. Être raisonnable, prévoyante pour l’avenir, économiser et anticiper sont sûrement des qualités que certains m'envient. Mais le fait est que de s’inquiéter constamment pour le futur .. ça craint ! Comme me l'a vertement reprocher mon homme, à force d'anticiper une tuile qui ne vient pas, on a fini par oublier de vivre. Et oui. Les "et si" et les doutes, les questionnements perpétuels,  les ruminations ... sont de véritables chasseurs de bonheur (je vous jure que par moment on frôle l’état paranoïaque et les troubles obsessionnels à force de cogiter comme ça) . Surtout quand on est comme moi et que chaque situation du quotidien donne lieu à des avalanches de questions et d'interrogations quasi philosophie. J'en suis même arrivée au point de me mettre à flipper pour des choses qui étaient positives à la base, et à me décourager toute seule. Oui, oui, j'en étais là. Donc, j'ai décidé de bannir le conditionnel de mon existence. Parce que "ce qui pourrait arriver " est souvent très éloigné de nos projections. Tout évolue constamment. J'aurais beau me torturer l'esprit, me laisser bouffer par les doutes, rien ne me permet de contrôler réellement une situation ... Pire, certains problèmes, que je pensais insolubles (et ce n'est pas faute de les avoir tourné et retourné dans tous les sens ) se sont résolus au moment même où je décidais de tout laisser tomber. Si c'est pas un signe, ça. 

Comme le temps ne reviendra pas, j'ai aussi décidé de ne plus m'accrocher autant à mon passé. Beaucoup de choses ont mal tournées, certaines m'ont particulièrement affectées, d'autres m'ont clairement fait devenir celle que je suis, j'ai des caisses entières de remords et de regrets, des choses que je voudrais effacer, des choses que je voudrais changer (avec le recul et l'expérience), mais c'est impossible. Et comme c'est impossible, je pense qu'il est grand temps de remettre le passé à sa place, c'est à dire dans la catégorie des dossiers clos. Revenir sans cesse dessus ne fait que me ralentir ... je n'ai pas encore assez sagesse pour m'en enrichir ( je suis du genre à répéter les mêmes bourdes, encore et encore, à croire que je ne retiens jamais les leçons ..). Je veux apprendre à vivre avec la conviction que les choses s'arrangent toujours à la fin parce que c'est la plus belle façon d'écrire sa vie. 

Et vous ? Parvenez vous à lâcher prise, à ne pas ruminer ? Vivez-vous l'instant présent ? De quelle manière arrivez-vous à vous recentrer ? Que faîtes vous pour ne pas être envahi par les doutes et les questionnements sans fin ? Quelle place accordez-vous au passé dans votre quotidien ? Influence t'il encore vos choix actuels ? Dîtes moi tout ! 

10 commentaires:

  1. C'est bien, tu progresses. Le bouddhisme et ses préceptes doivent te guider bien plus que tu ne le penses ...Tu es sur le bon chemin ! Le bonheur et les difficultés dont nous faisons chaque jour l’expérience viennent de notre esprit. Peu importe l’expérience que nous faisons à n’importe quel moment donné, celle-ci dépend de notre façon de penser, de nos concepts et de notre attitude. Notre attitude détermine ce que nous ressentons... Donc si tu ne te prends pas la tête sur tes problèmes, ils ... deviendront vite moins insupportables ... C’est vraiment l’interprétation qui fait la différence. On voit l'évènement de manière positive et on est heureux ; on voit de manière de manière négative et on s’en créé un problème. Belle démarche que la tienne de vouloir se détacher du carcan familial :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Noon, oui effectivement, je dois me laisser influencer positivement par tout ça, ou alors c'est juste que je mûris lol

      Supprimer
  2. Ovary Confetti11 juin 2016 à 11:04

    D'ailleurs Bouddha lui même disait ...que, bien que les humains recherchent universellement le bonheur, celui-ci les fuit, et bien qu’ils cherchent à éviter la souffrance, elle leur tombe dessus comme la pluie.

    RépondreSupprimer
  3. C'est marrant, en ce moment, j'ai l'impression que le monde se divise en deux camps. Ceux qui ruminent et ceux qui positivent béatement (les imbéciles heureux, quoi). A croire que les émotions dites négatives, comme le doute, l'anxiété, la colère, la tristesse sont des démons sataniques qu'il faut à tout prix chasser. Je ne dis pas qu'il faut se noyer dans la complainte et la rumination .. mais c'est quand même humain. Se faire inutilement du mal, non, mais quand on réfléchit à quelque chose, un projet ou autre, il est normal de l'envisager aussi sous un angle négatif ...ça évite de foncer dans le mur ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, tu as un raison ... mais c'est bien parce que mes ruminations étaient source de souffrance que j'ai décidé de faire évoluer tout ça ...

      Supprimer
  4. Juste : ❤
    J'espère que tu arriveras à plus de sérénité.
    Il m'arrive (comme tout le monde je pense) d'être envahie par les doutes et j'ai aussi tendance à beaucoup trop réfléchir, ce qui est parfois épuisant...
    Je n'ai pas de recette miracle,je pense qu'il faut apprendre à vivre avec nos "failles", sans pour autant perdre de vue nos forces. Chasser les regrets (le passé est ce qu'il a été) et se focaliser sur le moment présent, car au final, lui seul compte.
    Après je pense que tout dépend de notre façon de voir les choses, et qui peut influencer notre quotidien. Je repense toujours à cette citation toute simple, mais pourtant si vraie : "Si tu veux que la vie te sourit, commence par lui donner ta bonne humeur.". On dit souvent que le positif attire le positif ;)

    Des bisous ma Di'

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas facile, facile ... surtout quand on ne connaît pas ses forces ? Je sais là où je suis vulnérable mais je n'ai aucune idée de ce qui me rend "forte" . Faut dire que j'ai toujours cette image de petite chose timide et fragile qui me colle à la peau ...

      Supprimer
    2. Essaie de prendre un moment pour te poser et réfléchir à tes forces, je sais que ça n'est pas évident, mais ça t'aidera à prendre conscience de ta valeur.
      Tu peux demander à des proches de t'aider ;) Perso je suis loin de te voir comme un petit être fragile (mais on a souvent une vision faussée de soi-même, alors je te comprends), tu me sembles combative, tu ne le réalise peut-être pas forcément (je ne suis pas dans ta tête), mais tu vois, je te trouve déjà ça ce point là ;) ❤

      Supprimer
  5. Je dirais que c'est normal de se référer au passé, c'est notre seul véritable point de repère .. malheureusement, les données qu'on en tire sont bien souvent erronées ..Depuis que j'ai les enfants, je suis devenue maitresse dans l'art de ne pas trop anticiper, je préfère me faire confiance et me dire que j'aviserais quand le problème se présentera, c'est ça, ou alors on fini tous dans un bunker sous la terre, en autarcie et tout le toutim parce que dehors, faut quand même le dire, c'est la jungle... Tu verras, on s'en sort aussi ( même mieux ) quand on ne se prend pas la tête :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Makiko :)
      Ah, les enfants ... plus ça va, plus je me dis qu'il faut vraiment avoir la Foi pour choisir d'en élever dans un monde pareil ...

      Supprimer