dimanche 24 janvier 2016

Un jour ... j'ai frôlé le hapiness burn out.


nevermind
Hipster Boho Indie Photography




Psychologie magasine à dressé une liste de douze choses qui constitueraient un kit du bonheur. Des choses qui vont de dormir à pratiquer la gratitude, en passant par sourire ou encore être en lien. J'ai lu cet article avec intérêt, mais aussi avec scepticisme.

Depuis la mort de ma grand-mère, je ne peux plus être " simplement" dans la joie. Je n'arrives plus à profiter des bons moments .Je ne peux plus accepter une bonne nouvelle sans en imaginer le pendant négatif. Je ne peux plus savourer "pleinement" la vie, les petits bonheurs, je suis explosée à l'intérieur ...

Et même si ça m'est pénible d'être comme ça, j'ai de plus en plus de mal à me dire que le bonheur peut tenir en dix leçon comme nous le vante le développement personnel.

Parlons en du bonheur. Je cours après lui comme s'il était la clef de ma survie. Je m'accroche à ce mot comme à une promesse que demain tout ira mieux et que les fantômes ne viendront plus saccager chaque éclat de rire. Pourtant, plus je tente de le saisir, plus je me dis que tout ceci est vain. Qu'on ne peut pas se "forcer" à être heureux.

Plus je tente d'être heureuse, plus je suis malheureuse. Evidemment que je suis malheureuse de ne pas toucher ce bonheur salvateur. J'en suis frustrée, en colère, triste. Je me sens nulle et incapable de ne pas y parvenir. Je ne suis pas une bonne "chasseuse " de joie. Je ne suis pas non plus une créatrice de bonheur, je crois. Je ne sais plus comment on fait.

Le bonheur, c'est un graal. Tout le monde le cherche, personne ne sait à quoi il ressemble véritablement, et tout le monde s'épuise dans sa quête. Il est partout, dans toutes les conversations, dans toutes les aspirations. A force de vouloir nous imposer la joie de vivre à chaque minute, on vire rapidement dans un enfer pavé de bonnes intentions. Bonheur, joie, enthousiasme et sa cohorte de sentiments qui rendent la vie plus belle et plus facile. Soit disant.

Je vais vous avouer un truc, je pense que le bonheur, au final, ce n'est qu'une illusion. Un concept vague et creux qui a pour simple but de remplacer nos obsessions matérialistes par une autre obsession, tout aussi discutable, juste un peu moins coûteuse. ( Ce qui est con, quand on y pense, parce que j'ai du plaisir à m'offrir un bon livre, une écharpe qui me fait de l'oeil ou une délicieuse pâtisserie à déguster religieusement ..).

J'ai naïvement pensé que les événements positifs qui jalonnent ma petite vie allaient me transcender, me faire dire " mais purée, c'est ça ! " comme Archimède avec son eurêka ... et que je resterais ainsi, ad vitam eternam, remplie d'une joie immense. J'avoue, en toute franchise, que je pensais que si je quittais mon travail, je serais plus heureuse, que lorsque j'aurais un copain, je serais plus heureuse, que lorsque je serais partie de chez mes parents, je serais plus heureuse, que lorsque je serais plus mince ... et ainsi de suite. C'est la plus grosse tromperie de ma vie. Je me suis plantée sur toute la ligne. Ces changements étaient enthousiasmants sur le coup. Ils m'ont mis un peu de paillettes dans les yeux. Puis ils sont devenus le quotidien, et finalement, les paillettes se sont envolées ...Oui, je dois vivre sur un arc-en ciel et manger des bisous pour entretenir de tels désirs.

La réalité, c'est qu'il n'y a rien à trouver.

La réalité, c'est qu'il n'y a que la vie.

La vie, le hasard, les situations qui s'enchaînent, parfois cool, parfois dures. Et la perception qu'on en a. En cela, ce kit du bonheur me semble crédible avec son onglet "changer de perspective".Je pense qu'on surestime grandement les circonstances extérieures. Un événement n'est jamais tout noir ou tout blanc. Je n'ai pas été calibrée pour vivre une vie de malade, une vie de béatitude profonde et d'émerveillement quotidien. Non, moi, je suis délimitée par une ordinaire, faîte de routine, d'horaires stricts, d'habitudes. Une vie "pépère". Et je ne pense pas que dormir, faire du sport ou "développer mes compétences" y changera quoi que ce soit. Au final, le bonheur, c'est la somme de tous les malheurs que je n'ai pas.

Bonheur, je n'ose plus dire ton nom.


Et vous ? Pensez-vous que le bonheur soit de notre fait ou corrélé aux circonstances extérieures ? Un esprit d'esprit positif peut-il suffire à rendre heureux ? Pensez-vous que la quête perpétuelle du bonheur peut rendre malheureux ? Que c'est un idéal vain ? Ou pensez-vous au contraire que c'est une aspiration importante ? Indissociable du fait d'avoir une vie réussie ? Que pensez-vous de ces kits du bonheur ? Gadget ou aide véritable au mieux être ?  Dîtes moi tout !

8 commentaires:

  1. Article très intéressant qui amène à se poser bien des questions ! Perso, je pense que la quête perpétuelle du bonheur peut effectivement rendre malheureux. Peut-être que ces kits du bonheur peuvent guider certaines personnes, mais je crois que c'est à chacun de trouver ce qui le rend heureux et qui le fait se sentir bien. Je crois que je ne me suis jamais sentie aussi bien que depuis que j'ai cessé de courir après le bonheur. Au final, je me surprends à le trouver par hasard et s'en est que plus plaisant. Il faut se laisser un peu porter par la vie, accepter qu'on ne contrôle pas tout et... profiter.

    Des bisous ma Di <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je suis d'accord sur le fait qu'on est tous différent et tout ça mais franchement à un moment quand on est complètement paumé et qu'on a l'impression qu'on ne sait pas qui on est, je comprends qu'on tente tout et n'importe quoi ...

      Supprimer
  2. très joli article.
    je vis également le deuil d'un parent, et c'est très dur.
    je me suis mise au sport, cela me permet de lutter contre les "symptômes" de la tristesse. si je suis encore mélancolique, au moins, je suis en meilleure santé.
    je prends aussi également soin de moi (maquillage, soins du visage et du corps), et de mon intérieur (ménage, cuisine), pour me recentrer sur le moment présent.
    après, je fais le dos rond, et j'essaie de voir le bon côté des choses, de ne pas râler.... tout ça pour lutter contre les "symptômes" désagréables.

    je ne sais pas si c'est ça le bonheur, mais je suis consciente de toutes ces actions, je fais exprès d'être attentive à moi pour ne pas chuter dans la tristesse ou pire. je ne me laisse pas aller, ce n'est pas très naturel, mais bon, on ne donne jamais de mode d'emploi du deuil, c'est ma façon de le faire, à remplir ma vie d'actions concrètes et bienveillantes à mon égard.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ça. Ce n'est pas naturel. Si je devais m'écouter, vraiment, j'irai m'enterrer quelque part et je vivrais de rien. je passerais mes journées à lire des romans qui me font vivre milles vies en une, je me nourrirais de kellogs et de banane et voilà. Ni plus, ni moins. Je suis d'accord avec tout ce que tu écris.Je compatis à ta douleur et je te présente mes condoléances pour la personne que tu as perdu ...

      Supprimer
  3. Perso, je me sens beaucoup mieux depuis que je ne me pose plus de questions. Etrangement, depuis la naissance de mon fils. Ou depuis que je regarde un autre nombril que le mien, mdr. Non, sérieusement, y a un truc que je fais souvent quand je sens que la déprime pointe le bout de son nez, je liste ce qui ne va pas, ce qui va et ce que je peux tirer de positif d'une situation a priori négative ... un exo que j'ai trouvé dans un article de psychologie positive ! Je ne dis pas que ce sont des gadgets, je pense que ce sont des outils, et comme on est tous différents, il faut tester plusieurs outils avant de trouver ce qui nous fait du bien ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jolie conclusion à tout ce questionnement, Lulla, ou le mot de la fin ! ♥

      Supprimer
  4. C'est une erreur que nous faisons tous. Comme trouver une chose dont on ignore la teneur. Enoncé ainsi, cela nous fait passer pour des fous. Parfois, le bonheur, c'est tout petit. Et quand on le voit pas, il suffit d'ouvrir les yeux encore plus grands !

    RépondreSupprimer
  5. Le Bonheur c'est vaste comme sujet et la définition change beaucoup d'une personne à l'autre. Je le vis mieux depuis que j'essaye d'être dans l'instant présent et de voir ce qui m'entoure. Ne pas rater l'arc en ciel, voir les fleurs s'épanouir, prendre plaisir à cuisiner quelque chose, déguster le plat, être contente de ce qu'on vient de faire... Le bonheur ce sont surtout de petits moments reliés les uns aux autres dans une journée qu'on peut se rappeler le soir :o) C'est aussi se lever en se disant que la journée va être belle même si il pleut parce que ça permet de faire d'autres activités....

    RépondreSupprimer