vendredi 15 janvier 2016

Un jour ... j'ai cherché à réparer ma joie.


Féérique:



Le dimanche cristallise souvent mes raz le bol.

Je sais pas pourquoi. Je n'ai jamais aimé le dimanche. C'est toujours, ou presque synonyme d'ennui, de lassitude et d'une introspection dont je me passerais bien. Dimanche, je me suis rendu compte de plusieurs choses. J'en ai eu marre de moi. Marre de ma vie. Marre d'attendre un miracle. Marre des crises de larmes. Marre des douleurs sans fin. Marre des angoisses. Des insomnies. Des cauchemars. Des journées qui ne passent pas. De cette impression de perdre mon temps.

Puis, en listant tout ça, je me suis dis que ce n'était pas moi. Que je n'étais pas cette personne vide et terne, morose et amère. Non, moi je suis celle quid déborde de projets, d'énergie, je suis la gourmande épicurienne qui aime aussi faire la sieste au soleil, je suis la créative qui invente milles choses et qui s'évade en pensées ...Il fallait que je me retrouve. Que je comble tout ces vides en moi qui font disparaître ma "vraie" moi  aux yeux du monde, chaque jour un peu plus. Je ne pouvais plus avoir pour seule ambition dans la vie que  me coller dans mon lit, sous ma couette et pleurer. Et pleurer encore. Et dormir. Et dormir encore. Même si dans nos rêves nos sommes libres.

Allons y pour les constats. Quand on les note noir sur blanc, ils prennent une autre dimension.

Premier constat : je m'ennuie dans ma vie. Prendre des mesures. Deuxième constat : je ne supportes pas la solitude. Prendre des mesures. Troisième constat : mes rêves sont en inadéquations avec ce que je me sens capable de réellement réaliser , ce qui me mets en situation d'échec la majeur partie du temps. Prendre des mesures. A l'instant où je vous écris, je travail activement sur le premier point et sur le troisième point.

J'ai cherché dans ma mémoire ce que j'aimais faire "avant", ce qui me donnait du plaisir, de la joie. Parce que je crois bien que de ce côté là, je suis déglinguée. Je ne fais plus rien avec plaisir, avec joie. je le fais parce qu'il faut le faire. mais il n'y a plus cette excitation, cette impatience, cette petite vibration, vous savez, ce petit frémissement qui vous fait dire que là, vous êtes bien. Je crois que je ne sais plus ce que c'est. J'en ai perdu le goût. Je ne sais pas trop quand. Mon détecteur de bonheur est cassé. Y a plus qu'à le réparer.

Première mesure prise, j'ai décidé d'organiser un repas à thème pour mes parents. C'est un truc que j'aime beaucoup. Du coup, dimanche, c'est summer party. Oui, oui, une mi-janvier. On mangera exotique, on se gavera de cocktail et de glace, j'aurais une déco ultra colorée et des tongs aux pieds et on se foutra bien de la neige dehors quand on dansera sur de la musique créole. Faut que je fasse des choses comme ça plus souvent, les anachronismes, ça me fait marrer.

Il me fallait plus, ceci dit. Une activité. Un loisir. Une chose que je ferrais rien que pour moi, sans trop me poser de question, ni craindre les jugements extérieurs ( en somme, me convaincre que si je prends deux heures de ma journée pour peindre, je ne suis pas une grosse feignasse doublée parasite de la société). Je me suis souvenu que, petite, je passais mon temps à colorier. Cela me permettait de me relaxer, de me concentrer,de faire passer le temps de manière créative. J'ai donc imprimé un dessin, j'ai sorti mes gouaches et j'ai peins. Pendant deux heures, tous les après-midi.

Lundi, je me suis fais une drôle de réflexion en commençant à remplir mon dessin. je me suis dis que j'étais exactement comme lui, juste un contours, une forme, vide de substance. Mardi, j'ai culpabilisé de perdre du temps à peindre alors que je pourrais être plus productive ailleurs ( sous entendu en allant au boulot, en faisant du ménage, les comptes ..). Mercredi, j'ai décidé de peindre pour ma sœur et la culpabilité s'est mise légèrement atténuée.C'est pas pour moi, c'est pour elle. J'espère que mon oeuvre lui plaira. Hier, je n'avais pas envie de peindre. Culpabilité le retour. C'est du temps perdu. Surtout que je ne ressens "rien" quand je peins. pas de joie, pas de plaisir. Ni même un relative bien être. Je me vide juste la tête. Alors pourquoi persister. Finalement, j'ai peins.Je me suis entêtée contre ma volonté défaillante. Mon chéri l'a trouvé tellement beau qu'on va l'accrocher dans la salle à manger. Je suis contente. La douleur qui me vrillait l'épaule à régressée. Aujourd'hui, je vais peindre. Avec l'idée d'en faire quelque chose de bien. Avec l'espoir qu'un sentiment, une émotion arrive à remonter à la surface. Pour avoir la satisfaction d'avoir "fait" quelque chose. Pour avoir l'impression de tenir peut-être enfin un embryon de solution. Demain, je sais que je regarderais avec beaucoup plus d'attention les rayons des livres de coloriage pour adulte de mon super marché. Juste parce que, d'un coup, je me surprends à rêver.

Le coloriage thérapeutique pour réparer ma joie. Poser de la couleur sur du noir et du blanc pour raviver la saveur existentielle des choses, en voilà tout un programme.  Se concentrer sur le dessin, le choix des couleurs, pour me permettre d'être dans "l'ici et maintenant", sans m'angoisser du "plus tard", dans une sorte de pleine conscience, en laissant les pensées aller et venir sans se laisser envahir par elles, en voilà une nouveauté. Me soigner avec des crayolas, des pinceaux et l'odeur de la térébenthine plutôt qu'avec des produits qui me bousillent la santé. En voilà, une bonne idée.

Parce que comme dirait l'autre, coloring happy my life.

Et vous ? Faîtes vous du coloriage ? Comment vous est venue cette passion ? Si non aimeriez-vous vous y mettre ? Si vraiment, cela ne vous attire pas, quels en sont les raisons ? Qu'est ce que cela vous apporte au quotidien ? Que pensez vous de l'art thérapie ? Pensez vous que cela à de réelles vertues thérapeutiques ou que ce n'est qu'un effet placebo ? Comprenez vous cet engouement ? Quelles sont vos styles de dessins favoris ? Dîtes moi tout !



10 commentaires:

  1. On m'a offert un livre de coloriage à Noël, des dessins d'inspiration japonaise. Une kot qui a eu cette illumination. J'en ai fais un ou deux pour l'instant. Je suis pas trop réceptive au concept, pourtant je trouve les dessins très beaux, l'idée bonne et quand je vois sur Pinterest, je trouve que certains ont vraiment du talent ... Je dois avoir plus la fibre sportive que créative ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, je crois qu'on a tous nos " fibres", c'est pas bien grave de ne pas être convaincu, l'important c'est d'essayer de nouvelles choses !

      Supprimer
  2. Tu m'as bien fais rire, avec ta summer party ! C'est une chouette idée ! :) En loisirs, par ici, c'est le tricot. J'ai appris durant ma grossesse, je voulais faire des habits pour mon fils mais ça fait un moment que je n'ai pas repris les aiguilles ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, ma mère trouve ça fun aussi ! ^^
      Le tricot, j'ai essayé, il y a un an ou deux mais je n'ai pas étais prise dans le moove, trop répétitif pour moi même si j'admire celle qui font de jolis bonnets à pompom !

      Supprimer
  3. Cela fait plaisir de lire ça :)
    J'adore l'idée de la summer party, t'assures <3 !!
    Sinon le coloriage, j'ai essayé, j'aime assez mais le soucis c'est que je manque de patience pour cela. Du coup je privilégie souvent l'écriture qui m'est indispensable, et le sport (ça c'est tout nouveau).

    Bon Dimanche à toi ma Di' <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci *-*
      C'était vraiment sympa, on a passé un chouette moment.
      Tu as choisis quoi niveau sport ?

      Supprimer
  4. Ici, le petit truc qui agrémente mes journées, c'est la broderie ! Je suis entrain de faire une pattern de Londres au point de croix, un motif fun et coloré ^^ J'aime bien cette activité et puis la tête des gens me fait rire, dans le style " beurk mais c'est un truc de vieux ", après ils voient mes créa et ils changent complètement d'avis mdr. Je pense que le processus créatif est très important chez l'humain, c'est ce qui nous stimule le plus intellectuellement et puis, ça reste des petits projets abordables ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, parfois, je vois des bloggeuses qui partagent leur trouvailles broderie d'etsy et c'est vrai que certains modèles sont très "jeun's". C'est bien que tu es assez de patience pour broder, je ne pense pas que j'en serais capable x)

      Supprimer
  5. Pas du coloriage à proprement parler par ici mais j'utilise les carnets pour trouver de l'inspiration quand je fais ma peinture sur porcelaine. Je trouve que les motifs se prêtent bien à mon style de création, d'ailleurs, si tu en as marre de peindre sur des feuilles, je te conseille de tester la peinture sur d'autres supports, ça mettra encore plus de fun à ton projet ! ;) Par exemple, j'ai fais une série d'assiettes décorative avec le carnet à dessin Versailles ( clairfontaine) pour une amie qui aime bien ce style girly, baroque et décalé ... elle les à accrochées au dessus du buffet de son salon et franchement, ça pète (sans me vanter mdr). En tout cas, je suis admirative. Je connais peu de gens qui ont autant de gniack que toi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Magnifique idée ! Merci Wally ! :)

      Supprimer