mercredi 11 novembre 2015

Un jour ... je ne serais plus au milieu de moi-même.




Deux événements majeurs m'ont appris une chose sur moi même. Une chose que je savais déjà au fond de moi. Une chose que je ne voulais pas voir, ni entendre. Une chose que j'ai tendance à renier, comme un secret honteux. Une culpabilité de plus. Un trait de caractère pas franchement valorisant. Un gros travers. Je suis une insatisfaite chronique. Je le dis très vite, parce que ça m'arrache la bouche. Et parce que j'ai envie de me coller la tête dans le sable.

Ce qui me permet de dire ça ?

Même en situation de "réussite", je suis incapable de profiter de mon bonheur.Ma vie est une course au “toujours mieux”, incessante et stressante. J'étais en appartement, je voulais une maison avec jardin, j'ai une maison avec jardin, je me dis qu'un appart' en ville, c'est quand même mieux, finalement ( et j'ai pleins de bonnes raisons pour justifier ça !)  .

J'ai un travail avec peu d'heures, il ne me plait plus, je suis au chômage, ça ne va pas non plus, je retrouve un autre poste ( dans le domaine que je visais en plus), et puis, non,  finalement reprendre des études, ça serait sûrement plus intéressant. Et ainsi de suite. Même pour des détails de la vie courante : au restaurant, je mets trois heures à choisir mon burger, et quand il est servi, je regrette de n'avoir pas pris des pâtes ou une salade. Je choisis une ambiance déco pour la chambre blackstage, je suis sûre que dans deux mois je vais regretter de ne pas l'avoir fait dans une ambiance bord de mer ..

Le pire c'est que je sais très bien ( et c'est pour ça que j'ai tant de mal à accepter d'être "comme ça") qu' on ne peut pas avoir le beurre, l’argent du beurre, et le sourire de la crémière par dessus tout ça.

Evidemment, je pense que c'est très lié à mon perfectionnisme mais en attendant, c'est pénible à vivre. Je suis irritable dès que les choses ne se déroulent pas comme je le souhaite, je tend vers l'hyper-activité ( je me trouve toujours des trucs et des bidules à faire, je suis incapable de me poser), je suis très volatile ( un jour c'est noir, un jour c'est blanc et le troisième c'est vert, au final, j'ai l'impression de ne plus me connaitre moi même) je m'épuise à atteindre des objectifs (que je me fixe, c'est sûr, mais quand même..). La plupart du temps, je me vautre en beauté, ou je ne tiens pas dans la durée, ce qui ré-alimente ma frustration et mon insatisfaction, cercle vicieux, bonjour.

Je suis une râleuse aussi. Ouais. Je pense que ça fait partie du lot. Pour évacuer la frustration et le ressentiment, il vaut mieux bougonner que tout faire péter, non ? Sans doute, en attendant, j'ai l'impression, la majeur partie du temps, d'avoir passé une mauvaise journée alors que rien de grave n'est vraiment arrivé ...

Ma vie présente est une source d’insatisfaction et de mécontentement quasi permanent. Normal, je veux tout avoir: une vie conjugale, une vie familiale, une vie sociale, une vie professionnelle, et toutes épanouies ( ouais le package de luxe, je suis comme ça, je suis une fofolle de la vie, moi). Seulement, les choses ne se déroulent jamais comme je les prévois ou comme je le souhaite. Je me donne du mal pour que mes projets aboutissent mais, malheureusement, les résultats sont rarement à la hauteur de mes attentes (pourtant j'ai pas l'impression de demander la lune non plus). Il y a toujours ce petit grain de sable qui vient enrayer la mécanique bien huilée (on paume mon dossier d'inscription, le produit que je veux est en rupture de stock..) .

Ou alors je me désillusionne sur une situation. Je suis très souvent déçue. Il y a toujours ( ou presque  ) un écart entre ce que je projette et la réalité. Ce qui me met régulièrement en colère quand je ne passe pas par le découragement et le fatalisme ( * mon karma est pourri bonjour *) . Sans même savoir pourquoi, je me dit juste que ça pourrait être encore mieux. Ce qui est discutable. L'herbe n'est pas plus verte ailleurs .

Je pense que je souffre d’insatisfaction chronique depuis ma naissance. Jamais satisfaite de moi, je dois aller toujours et encore plus loin. Je suis dans la nonchalance existentielle. Je suis rapidement "blasée". Je n'arrive pas à me déterminer. Je suis au milieu de moi-même. Et j'ai envie que ça change.


Et vous ? Etes vous plutôt satisfait ou insatisfait de votre vie ? Connaissez vous des insatisfaits chroniques ? Pour vous le perfectionnisme est-il forcément synonyme d'insatisfaction ? Comment luttez vous contre vos frustrations ? Culpabilisez vous parfois de ne pas être satisfait de votre condition en sachant qu'elle n'est pas si "terrible que ça " ? Comment avez vous appris à voir le verre à moitié plein plutôt que le verre à moitié vide ? Dîtes moi tout !

















2 commentaires:

  1. Je fais un gros travail sur moi-même car je me reconnais totalement dans ce que tu écris! Jamais satisfaite, à croire que le bonheur n'est pas pour moi. J'essaie de vivre l'instant présent, de lâcher prise, de prendre du temps pour moi et me satisfaire de ce que j'ai déjà...mais j'avoue que quand on est perfectionniste comme moi et qu'on veut tout contrôler, c'est compliqué...mais faisable, j'en suis certaine!

    RépondreSupprimer
  2. On a tous nos petites lâchetés, tu sais. Ceux qui ne savent pas choisir, ceux qui ne savent pas dire non ...Je trouve plutôt compréhensible que dans notre société qui te fait miroiter des tonnes de possibles, l'insatisfaction soit un dommage collatéral ..Tu admets déjà ta responsabilité dans cette affaire, c'est déjà bien ! :)

    RépondreSupprimer